Page en cours de chargement

* *

Texte à méditer :  "concupiscent" c'est un peu caca   Relent T'as-peur

* *
Spécial !

MUSIQUES     → à part

SVP, répondez à notre sondage.
Le vote, tel qu'il nous est proposé, vous convient-il?

Toute suggestion pour améliorer les techniques de consultation démocratiques sera bienvenue ici.
Qu'on se le dise ! smile

ici >> toute l'actu en 1 click !

outils


Présentation
Catalogages indélicats Top 10 présentation / Forum science et conscience solutions écologiques
Actualité
Actualité temps-réel Appel à conscience précédent à l'expérience grecque
  • • 
reBof social/travail social/travail - enfants SDF
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
2667 Abonnés
Webmaster - Infos
Ecrire à zelezar  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

news.gifNouvelles

Ces nouvelles sont disponibles au format standard RSS pour publication sur votre site web.
http://okidor.free.fr/reflects/data/newsfr.xml



manipulez-nous mieux ! - par Grenouille le 07/02/2015 @ 13:06

La France au bord du gouffre ? Français, apprenez à plonger !

« ... construisez toutes nos piscines, en fermant toutes nos usines ... »





En fait pas plus à Droite qu'à Gauche : en bas ... tout au fond de la fosse !

* http://www.ouest-france.fr/piscine-les-elus-ont-vote-pour-le-projet-de-centre-aquatique-3041727

* http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/11/20/01016-20111120ARTFIG00226-paris-les-travaux-de-la-piscine-molitor-vont-enfin-debuter.php

* http://www.fontenay-sous-bois.fr/culture-sports/sports/travaux-piscine/

* https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=30&cad=rja&uact=8&ved=0CFcQFjAJOBQ&url=https%3A%2F%2Fwww.vincennes.fr%2FCulture-sports-lo isirs%2FSports%2FCentre-aquatique%2FLe-Dome-du-projet-a-la-realisation&ei=gfvVVOvHC4XqaKaVgsgI&usg=AFQjCNHxIcWhm8qN4QNY0Yxphoennp49rg&sig2=CmzrBwX0qXq JsuyaMjjbpA&bvm=bv.85464276,d.d2s

* http://www.theriderpost.com/water/surf/enquete-sur-le-projet-de-piscine-a-vagues-surfables-de-bordeaux

* https://www.youtube.com/watch?v=Wc_d9LPPaSM

* http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=37&cad=rja&uact=8&ved=0CEMQFjAGOB4&url=http%3A%2F%2Fwww.saint-genis-pouilly.fr%2Fvie-prati que%2Fsport%2Fpiscine.html&ei=5_vVVLrlBsXtaOD7goAL&usg=AFQjCNH6lP6kYt_QtcMxdjd5GWZLovQAAw&sig2=2NGJGcCjCTybI4wseK9dhg&bvm=bv.85464276,d.d2s

* http://www.sports.fr/natation/articles/la-france-aura-sa-piscine-olympique-214540/


* http://sportetsociete.org/tag/projet-de-centre-aquatique-olympique-en-france/

* http://www.larep.fr/loiret/actualite/2014/09/16/le-projet-de-complexe-aquatique-est-relance-dans-l-agglomeration-orleanaise_11145171.html

* http://www.ville-antony.fr/fosse-plongee

http://lessor.fr/le-3e-centre-nautique-du-roannais-cr-e-la-temp-te-8440.html

* ...

* à qui le tour ?


malgré tout c'est d'abord ça la nuit - par nui le 07/01/2015 @ 18:32

la nuit c'est pourtant d'abord ça





Pas touche à la liberté d'expression !

lapalissade :
Dans nos quêtes humaines et légitimes de reconnaissance par autrui, menaces, contraintes, dénis, ou abus, duplicité, impolitesses conscientes et calculées, cauteleuses médisances, diffamations, insultes ... sont aux antipodes de la séduction.






"même le plus noir nuage a toujours sa frange d'or"



Post Scriptum - relai d'un message à faire circuler :
Ce soir (8-1-2015) une bougie à la fenêtre partout en France !



re-Post-Scriptum (16 janvier 2015) et point sur les i :
au vu de précisions constatées dans les propos de certains proches des victimes (et dont le risque, bien que craint, était supputé mais assumé, il m'apparaît malheureusement nécessaire, de souligner cette nuance :
la photo plus haut témoigne d'un soutien à Charlie, approuvé, mais présenté par un inconnu : ce choix était délibéré)
La photo ajoutée ici est cette fois présentée directement sur cette page )

tant va la cruche que Noël revient ! - par BeniNono le 24/12/2014 @ 12:41

désordre ou recomposition ?

Moins on est conscient moins on s'en rend compte. Cette lapalissade pourrait être opposée à ceux qui doivent enfermer de plus en plus de monde dans la boîte "sinistrose" : après les "paumés" ou les"populistes", il faudra y enterrer notre état-major ? => http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/2014-notre-monde-est-il-au-bord-du-48147


La "fête de la nativité" (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nativit%C3%A9) est l'occasion de revisiter périodiquement le thème du phénix (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9nix), bien aussi ancré dans toutes les cutures ...


"Un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit, une forêt qui pousse le fait en silence" disait Gandhi

(reste à cartographier les forêts qui poussent ...)




Alors, que Noël ne soit pas là pour nous faire croire que tout baigne ...


mais plutôt pour ne pas s'en laisser conter : lever le pied sans baisser les bras !



( lyrics ++ & encore )




Mamie Yvette est morte le jour de Noël
... et la France "en avance" n'a même pas honte
( 'Responsables mais pas coupables' - CQFD )



quid plura ?   >>> voir les meilleurs voeux de perePlexe

que l'Ordre et la Force soient avec vous ! Beau "Travail" >> http://youtu.be/67WlRG8JzMY

la démocratie est plus que plans sur la comète ou merdes artistiques - par roiDconsensus le 29/11/2014 @ 18:54

Ni plan sur la comète, ni merde en conserve dans un musée : la démocratie reste à co-inventer !

Pourquoi ce coup de gueule m'est inspiré autant par «La France périphérique» que par « Les déshérités ou l'urgence de transmettre» ... que par les causeries médiatiques incontournables du moment ?
Difficile à expliquer, si ce n'est en laissant opérer des associations d'idées (enchaînement d'idées sans doute bien plus cohérent et déterministe(note 2) qu'il ne pourrait sembler).

(note 2) Post Scriptum :
CQFD ! - Voici que le Monde du 2 déc. 2014, se met par hasard, à traiter sensiblement de la même préoccupation dans son dossier : "Vivre ensemble" ... voir "malaise du vivre ensemble et démocratie"


D'abord, il faudrait jeter un œil à ces deux titres littéraires en vogue à cet instant :

- « La France périphérique - Comment on a sacrifié les classes populaires», par Christophe Guilluy
( Selon "Marianne" : «Le seul livre que devraient lire Hollande, Valls, Mélenchon, Bayrou, Juppé, Sarkozy»)

- « Les déshérités», par François-Xavier Bellamy

Pour ce qui est de l'endoctrinement quotidien, on est tranquilles : maintenant qu'une remise en cause de notre actuelle "démocratie représentative" devient de plus en plus difficile à éluder, peu de gens oseront aventurer leur réflexion au-delà de la panacée universelle du tirage au sort que nous vantent les gourous estampillés de la mouvance "alternative" ...

article de déconstruction de la déconstruction - en construction ...
...

Nota Bene :
consensus n'est pas un rébus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Consensus

De quoi relève l' «art contemporain» ? - Culture artistique ? - subtilités d'aptitudes à un regard prétendument subversif ? ... qui font que "selon que vous serez puissant ou misérable" , selon que vous serez estampillé "artiste" ou grouillot, votre utilisation du mot "merde" ou du clin d’œil "merde dans un musée" (note 1) sera un gage de puissance d'esprit ou, au contraire, la preuve de votre honteuse indigence culturelle et de votre vulgaire goujaterie !

(note1): il suffit de parcourir les réactions au blog de ce lien pour se rendre compte à quel point un anti-conformisme institutionnalisé peut mener à un conformisme à cet 'anti-conformisme' : une posture confortable qui prend comme par hasard le parti des mieux nantis, en notoriété, en biens matériels, en position sociale la moins dangereuse à défendre.
Espérons alors, avec N. de Chamfort, de vérifier ceci :
«L'importance sans mérite obtient des égards sans estime»

Qui peut avoir la naïveté (ou la fausseté) de croire à une remise en cause subversive de la société de consommation lorsqu'on nous vante des opérations COMMERCIALES de provocation des 'sous-cultivés-en-art-moderne' ?
Cette subversion aseptisée (merde hermétiquement enfermée dans une boîte de conserve / virgules de merde séchée sur une toile / Cloaca et ses déjections coulées en inclusion sous plastique et mises aux enchères ... j'en passe et des meilleures ...)
cette subversion virtualisée (non seulement rendue inoffensive, mais aussi le contraire de risquée puisqu'elle confère à ses auteurs reconnaissance, notoriété et retombées pécuniaires), cette subversion inodore et sans consistance (cette violence au 'second degré' ?) n'est pas sans rappeler l'inversion de sens de l'argent fictif. Elle a même très certainement une parenté directe avec cette dérive de la finance : lorsque la rareté à exploiter (valeurs pécuniaires, œuvres consensuellement et naturellement reconnues) vient à manquer, on est tenté de tricher et d'en mettre artificiellement des fictives sur le marché ! L'incarnation des compétences Artistiques ou financières permet alors à une minorité de petits malins d'insulter le peuple en lui faisant gober une inversion de sens de l'objectif démocratique en ce principe aristocratique : "les meilleurs travaillent à votre bien malgré vous !"

Le quiproquo est sans doute l'arme fatale de notre modernité.
à l'image des nouvelles armes concoctées dans notre siècle avancé, ses capacités létales pourraient être notées, à la décimale près, par une appréciation chiffrée partant de : 1=plaisanterie de bon aloi, passant par 0=inoffensif , et arrivant à -1=crime prémédité avec torture morale.
(cf "effets de l'étiquette")
« On peut considérer l'étiquette comme la politesse minimale exigée pour éviter les principaux conflits et elle est, en tant que telle, un aspect important de l'éthique sociale.»

Quiproquo subi ou calculé par ceux qui l'entretiennent ?
Aurai-je un jour la prétention de m'aventurer à en décider dans un quelconque des cas suspectés ?
- il me faudrait alors une certitude d'avoir levé le quiproquo; ce qui, dans la seconde hypothèse, irait contre l'intérêt de ceux qui entretiendraient un quiproquo calculé (ie : faux-quiproquo pour eux)

Par contre un critère, pouvant aider au discernement, pourrait être évoqué par un pastiche de la classique question des enquêtes criminelles :
"à qui profite le quiproquo ?"

Autre indice : les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.
ie : un quiproquo qui s'éternise évoque plus des causes pathologiques qu'une source inextinguible d'hilarité.

Autre indice encore : l'évitement ou le dédain d'autrui, le paraître et les jeux de représentation sont-ils plus ou moins propices au quiproquo qu'une réelle quête d'inconnu et perspectives nouvelles chez autrui ? (ie : déjà, prendre le temps de se reconnaître; mais aussi de se parler, sincèrement et avec attention - pas vraiment ce à quoi on assiste sur les plateaux TV ... où nos 'en avance' ont remplacé l'étiquette par un étiquetage des gens )

Mises en application :
- quiproquo sur la valeur d'une œuvre :
à qui profitent les valeurs pécuniaires vertigineuses, (ou la notoriété due à des raisons équivoques) accordées à certaines œuvres d'art ?

- quiproquo sur le type d'autorité défendu :
à qui profitent ? :
- l'incarnation du pouvoir politique par un individu
- l'incarnation des autorités de savoir ou de compétence
- l'incarnation des "fonctions régaliennes"
- l'incarnation de ‘La’ Culture Artistique
... quand chacune de ces incarnations peut être remplacée par un concept d'arbitrage consenti (accordé dans un contexte prédéfini, bien délimité, pour une période limitée et sous condition de respect constant des prérequis d'un exercice des fonctions, contrôlable par les arbitrés ).

Si jamais il advenait (ou s'il était déjà advenu) qu'une même minorité d'individus soient à la fois officiellement reconnus comme les "bons-pensants", les décideurs du "sociétal" (du bon "sens de l'histoire") et les décideurs de ce qui peut et doit être officiellement qualifié de sainement subversif,
alors la gouverne de tous les pouvoirs politiques serait verrouillée par les deux bouts : nous atteindrions (ou nous aurions déjà atteint) la voie d'un puits sans fond de dictature (Et peu importe alors que cette dictature soit éclairée ou pas, que notre servitude soit volontaire ou non : tomber dans ce puits ne saurait être confondu avec l'idéal démocratique !)



L'art c'est moi, la science c'est nous - la démocratie c'est nous et moi. - par Lambdart le 13/11/2014 @ 12:58

D'abord, bravo à 'notre' Philae de Rosetta (cf http://la21e.20minutes.fr/rosetta/) !

( 'notre' ? : parce que la France a payé ?
    «1,3 milliard d’euros dont 250 millions d’euros financés par la France»

cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosetta_%28sonde_spatiale%29 )

Alors, on va dire : "On a eu un bon plan sur la comète"
comme on disait : "On est allés sur la lune" ?

Etonnant comme le terrien Lambda (t'es-rien ou t'es pas rien ?) s'approprie, par ce "On", les exploits des scientifiques !
Ce qui semble bien confirmer le : "la science c'est nous" ! wink


Par contre, il ne viendrait à l'idée de personne de dire "On a peint la Joconde" ou encore "On a inventé la Petite musique de nuit".

Est-ce seulement une question de non participation financière aux oeuvres dites artistiques (par opposition aux oeuvres scientifiques - non artistiques ? -) ?    
     
D'ailleurs, question : combien de gens connaissent des oeuvres 'artistiques' célèbres collaboratives ?
Ce qui semble bien confirmer le : "L'art c'est moi" ! wink

( Et le "sport", les performances de virtuosité, c'est de l'Art ? ou seulement du "c'est moi" ?  biggrin )

. . .
Tout ce préambule pour en arriver à ce constat :
- la prouesse technologique de Philae de Rosetta n'a d'égale que l'obsolescence de notre système de légitimation du pouvoir politique !
    
La démocratie devrait être un : "Le pouvoir, c'est nous"
... mais pas seulement, pour le lambda de base, en se contentant de financer des outils de vote 'clé-en-main" comme 'on' le fait trop pour "La science" !
Il nous reste encore à participer, à co-inventer, à relever des défis collaboratifs pour que chacun s'approprie non seulement des résultats mais, avant tout, un maximum des techniques, arts et capacités à inventer/s'adapter sur lesquels se basent nos cultures.


Il serait temps de se mettre à penser :
"la démocratie c'est nous et moi"



Références :
“L’art c’est moi, la science c’est nous”, disait Claude Bernard
“L’art c’est moi, la science c’est nous”, disait Claude Bernard
« L'art c'est moi, la science c'est nous .» - Claude Bernard

Il n’y a jamais eu de périodes artistiques par exemple où les artistes n’ont pas utilisé les techniques de pointe de la science
Il n’y a jamais eu de périodes artistiques par exemple où les artistes n’ont pas utilisé les techniques de pointe de la science
Bruno Latour (cf http://profondeurdechamps.com/2012/10/19/entretien-avec-bruno-latour-12-lart-et-la-science/ ) :
il s’agit dans le cas des sciences d’accéder à des phénomènes lointains, et dans le cas des arts de nous rendre sensibles à des phénomènes relativement proches
il s’agit dans le cas des sciences d’accéder à des phénomènes lointains, et dans le cas des arts de nous rendre sensibles à des phénomènes relativement proches.
« Il s'agit dans le cas des sciences d'accéder à des phénomènes lointains,
et dans le cas des arts de nous rendre sensibles à des phénomènes relativement proches .»
   [ par rapport à la comète, les Maoris sont mes voisin !]

« ... les artistes et les scientifiques ont toujours collaboré intimement dans la production des instruments ... »   [ cette production n'étant un but en soi pour personne ... ]




«Si ... on s'abuse aujourd'hui, c'est en espérant trop de connaissances de l'individu et trop de synthèse de la société.» - J. Robert Oppenheimer



    cf du pacte social (JJ Rousseau) chapitre VI

    « Trouver une forme d'association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun s'unissant à tous n'obéisse pourtant qu'à lui-même et reste aussi libre qu'auparavant. " Tel est le problème fondamental dont le contrat social donne la solution. »





autre remarque

Malraux a dit :
« Le XX1e siècle sera spirituel ou ne sera pas »

ce qu'un scientifique a cru bon de pasticher en :
« Le XX1e siècle sera spacial ou ne sera pas »

Ayons alors l'humilité de dire :
« Le XX1e siècle sera honnête ou ne sera pas »


Explication :
Un mensonge est une contre-vérité consciemment et intentionnellement proférée.

Notre légitimation du pouvoir officiel est basée sur deux faussetés :
  • un système de scrutin dit 'garant de La Démocratie' :
    or, tous les pères de l'idéal démocratique, bien avant Monsieur E. Chouard, ont remarqué que ce principe n'était pas compatible avec cet idéal !

  • un principe de collégialité dit 'démocratique' :
    or, cette collégialité est fondée sur le mérite/compétence;
    et des gens 'méritants' ne peuvent pas ignorer qu'un pouvoir fondé sur le mérite s'appelle 'aristocratie' et non point démocratie.

  • Or, consciemment et intentionnellement, une grande majorité de ceux qui, en fait, militent pour un pouvoir aristocratique tiennent à baptiser ce pouvoir "démocratie" :
    c'est un mensonge ! (et le 'mensonge de bonne foi' ne saurait exister, puisque c'est un acte intentionnel )


    Vals lapsuce une égalité des poings sur lazy - par HilaireDerien le 25/10/2014 @ 15:00

    Contrat unique (cons-rats tu niques) réservé à la majorité de celles et ceux qui sont moins égaux et moins normaux que les procédurièrement nommés 'garants de La Démocratie' !

    Les jeux de mollets et les jambettes n'ont qu'à bien se tenir :
    on voudrait bien se forcer à en rire, et ne pas avoir l'humour paresseux, mais la rigolade aussi, quand c'est laborieux, ça laisse à désirer. Soit. Mais alors, c'est une bonne occasion de remarquer que si on veut être sérieux, il faut se pencher sur bien pires désagréments et duperies laborieuses.

    Les discours de bien trop de nos bien-pensants reviennent à donner des coups de poings virtuels à des bouc émissaires a priori paresseux ('lazy' en anglais) : alors essayons plutôt de leur mettre les points sur les 'i', eux !

    décodage de notre titre :
    La paresse de Vals dans son apparent effort vers plus d'égalité constitue un lapsus !

    En piochant au hasard dans la Presse on lit dans "Le Parisien" :
    Manuel Valls affiche lui aussi sa volonté d'agir sur les «inégalités importantes» entre les salariés «très protégés» en CDI et les précaires en CDD et en intérim. Vu la situation économique, les entreprises sont très réticentes au CDI. Les CDD de moins d'un mois représentaient sept embauches sur 10 au troisième trimestre, même si près de neuf salariés sur dix sont encore en CDI.


    Le lapsus, dans cette soudaine prise de conscience, c'est le "deux poids deux mesures" avec lequel elle est gérée. Ni Vals ni aucun des commentateurs, 'importants' officiels et journalistes, ne semblent avoir réalisé une seconde ... que pour prétendre au qualificatif de "unique", le CDD-pour-tous, dont il est question en guise de solution, devrait aussi concerner tous les politiciens (y compris sénateurs et ex-présidents de la République), et les fonctionnaires !

    STOP ! Il est bien évident que la phrase précédente déclenchera statistiquement un tollé pavlovien trop classique de la part de gens qui se croient personnellement attaqués. (On entend déjà les sempiternelles objections qui se résument toujours à : "jaloux" , "pas capables de passer les concours", "devraient essayer de se faire élire", ou, comble de paradoxe : "agitateurs souhaitant opposer entre eux les Français").

    Le lapsus pointé ici révèle plus qu'une erreur de raisonnement : un faux raisonnement ou un raisonnement faux !

    Dès lors qu'on envisagera que le seul contrat de travail, pour quelque Français que ce soit (y compris Vals), ne peut être qu'un CDD comment ne pas voir que cette solution implique (et inclue) une remise en question des statuts privilégiés de la fonction publique ?

    Bien sûr qu'un CDD-unique-pour-gens-du-privé serait un pas souhaitable pour plus d'égalité au sein de la partie concernée de la population française : ce serait au moins l'occasion de mieux partager de justes doléances communes !
    Mais le fait-même de reconnaître une nécessité d'harmoniser le statut salarial dans cette catégorie de Français plaide pour le même besoin d'harmoniser le statut salarial entre tous les Français : un seul droit du travail pour tous les Français, égaux en dignité et en droit, sans exception(s) !

    Vouloir exclure du "contrat unique" une quelconque catégorie de Français, revient à reconnaître que cette 'solution' ne répond pas à tous les impératifs. Pire alors : si une majorité est astreinte à cette solution, c'est une majorité soumise à une 'solution' boiteuse.
    (Des 'garants' de l'égalité démocratique ne sauraient se comporter autrement qu'en prônant par l'exemple, en commençant par eux-mêmes, l'adoption de ce "contrat unique"
      « Qui ne risque rien n’a aucune leçon à donner à qui que ce soit.»

    « La garantie de l'emploi dans la Fonction publique est "un moyen d'assurer aux usagers un service public rendu de manière impartiale, par des agents préservés des pressions politiques et partisanes" »  => !!!

    * de manière impartiale ? :
    => certainement pas, avec des prétendus serviteurs qui auraient besoin, pour rester honnêtes, d'être achetés par l' attribution définitive d'un droit du travail aux petits oignons rien que pour eux-mêmes !  ( Français 'plus égaux' que les autres !!)

    * préservés des pressions politiques et partisanes ? :
    => quel paradoxe ! : créer un groupe politique et partisan de ses propres privilèges pour préserver les "autres" - les 'moins égaux' - des autres
    pressions politiques et partisanes ??!!!

    voir aussi :
      des collègues égaux en droit qui font le même job, mais avec des droits (statuts) différents !  => http://www.acteurspublics.com/2014/04/11/fonctionnaires-un-statut-a-reinventer
      Belle cohérence et imparable bon sens de notre 'élite' nationale !!
      Dès lors qu'on entretient des logiques de droit différentes, comment laisser croire qu'il puisse être possible que ne se manifeste très rapidement des privilèges d'un côté ou de l'autre ?
    Qui oserait prétendre être en mesure de maintenir une égalité parfaite entre avantages et inconvénients liés à ces droits différents ? alors qu'une mesure parfaitement consensuelle et impartiale de cette égalité est par nature inconcevable !
      Ceux qui nous calculent, au centime d'euro près, l'impact du 'gel d’avancement pendant 1 an' pour un Français-fonctionnaire se contre-fichent ce faisant, malgré leurs "tous ensemble ! tous ensemble !", de l'impact à vie d'une perte d'emploi sur un Français-non-fonctionnaire !

    "Il faut être juste avant d'être généreux comme on porte des chemises avant de porter des dentelles" - Chamfort
    i e : les pauvres ont besoin d'une exigence de justice améliorée, bien avant que de songer à jamais vouloir inspirer de la pitié !

    à noter que les ressentis négatifs, qui contrarient une cohésion nationale pérenne, sont (et seront fatalement de plus en plus) inspirés par des faits, des constats, et des vécus (sur des durées significatives), bien plus que par des idéologies ou de la psychologie à deux balles (dont les pauvres auraient, eux, du mal à faire leur fond de commerce)


     Exceptions pour les fonctions régaliennes ?
     =>  Ce n'est pas parce qu'une argutie fausse est devenue une idée reçue que cela en fait un impératif indépassabe :
      ce sont les fonctions qui sont sont régaliennes, pas les serviteurs de ces fonctions qui n'ont pas à être incarnées ! (à moins qu'on en revienne au principe de droit divin ? )
    )

    En effet, quid des sans-contrat ?
    A moins de considérer que l'adoption du CDD-unique (pour tous, y compris dans la Fonction Publique) éradiquerait ipso facto chômage et précarité, cette solution ne cible encore qu'une proportion des Français.
    C'est en ce sens qu'en regard des préoccupations actuelles des Français (précarité, chômage, exclusion), la volonté d'égalité qui la met en scène est paresseuse.

    La nécessité, pour une cohésion sociale soutenable et démocratique, d'une égalité effective en dignité et en droit, peut-elle être restreinte à une méritocratie par le temps consacré par chacun à du 'travail' salarié ?
    (cf pistes du 'Revenu Minimum d'Existence' ...
    ou de l'ouverture aux vertus du 'idleness' tel que considéré par B. Russell )

    -----------
    (*) 'RME' inconditionnel : Qui sont ceux qui osent se permettre de parler à ce propos de 'trappe à misère' ?

    -----
    Considérons un gars DuPont ou un bon-homme DuRang
    - qui n'a pas choisi de naître en France
    - qui n'a cautionné, par un quelconque vote, ni autrement, aucun des élus au pouvoir
    - qui n'a d'ailleurs jamais eu ni l'occasion ni l'envie de cautionner le système de légitimation du pouvoir officiel en France
    - qui déplore par ailleurs, en son for intérieur, les pollutions atomique, industrielle, ou spirituelle imputables à des orientations politiques qu'il n'a jamais cautionnées
    - qui est de plus intimement persuadé que le système de pouvoir, auquel il se soumet par devoir moral autant que par nécessité, devrait impérativement être amendé;
    - et qui reste sans emploi pour des raisons indépendantes de sa volonté autant que de ses compétences

    Un tel Français serait-il moins digne que les autres ?
    Un tel Français aurait-il, dans les calculs militaires ou économiques, moins de valeur que la VVS évaluée à 5000000€ (cf : http://fr.wikipedia.org/wiki/Valeur_de_la_vie ) ?

    Un tel Français ne mériterait-il pas d'avoir quelque compensation aux contraintes qu'il estime subir d'un système de pouvoir auquel il reconnaît moins d'avantages que s'il pouvait s'en détacher (à défaut de rencontrer un contexte plus conforme à l'idéal démocratique) ?
    Un tel Français qui, entre autres par ses paiements de TVA, contribue aux efforts publics bénéficiant aux salariés, devrait-il être considéré comme redevable d'un minimum de survie qu'on lui accorderait, tandis que ceux qui ont prospéré assez longtemps grâce à un salaire suffisant considèrent comme un dû la retraite par répartition dont ils bénéficieront en plus ? ...
    Lorsqu'on souhaite une meilleure cohésion nationale, serait-il alors raisonnable de penser séduire de tels Français à la cause d'un système sourd à l'ouverture que constituerait une meilleure autonomie de pensée de tout un chacun, et qui ne leur témoigne qu'une attente mécanique de conformations stériles sans espoir de retour ?

    -----------

    "Live simply, so others may simply live" - Gandhi

    Encore une fois, il ne s'agit pas ici de défendre une conviction personnelle, mais seulement de mettre en lumière l'aspect abusif de positions de pouvoir :
    - trop peu remises en question (par la paresse d'une habituation de confort fautive)
    - et abusivement exploitées.

    Imaginons que demain, les 20% de nos élites en tous genre (artistiques, scientifiques, économiques et politiques) se persuadent que le transhumanisme va dans le 'sens de l'Histoire'.
    Imaginons que, au contraire, pour ce qu'ils en connaissent peu ou prou, les autres Français soient plutôt réfractaires à toute proposition de se faire greffer une puce sous la peau, ou de voir automatiquement cartographier son génome dès la naissance ... mais se désintéressent de tout débats concernant le transhumanisme. (Ce qui compte c'est de bien voter pour éliminer le dernier Président foireux qu'on a élu à tort ... et pour éviter la prise de pouvoir par l'abomifreux candidat de service côté repoussoir).
    Comme on en a maintenant l'habitude, notre légitimation officielle donnerait (laisserait) très probablement le pouvoir aux 20% de 'méritants' de notre 'excellence' nationale (parce qu'ils seraient les plus 'compétents' ou 'efficaces' à court ou moyen terme).
    On verrait alors ces 20%, sous prétexte de faire le bien du peuple malgré lui, mettre en place le mécanisme pernicieux suivant :
    - dans un premier temps : adoption officielle d'une puce sous la peau normalisée pour tous les candidats à l'embauche (y compris fonctionnariat)
    - dans un 2° temps: les rétrogrades qui refusent la puce, n'ayant pas accès aux infrastructures publiques réservées aux abonnés à puce greffée, sont de plus en plus considérés comme 'désadaptés';
    - puis : ces rétrogrades ne trouvent plus de job
    - ensuite : ces rétrogrades n'ont pas assez d'années de travail pour obtenir la rente de retraite accordée aux 'travailleurs'. (Tant pis pour eux s'ils sont incapables ou/et jaloux )
    - en enfin : en seulement une ou deux générations, les rétrogrades n'ayant plus ni les moyens économiques, ni la reconnaissance de leurs compatriotes pour faire des enfants puis les élever, disparaissent purement et simplement du paysage Français.
    Faute de contradicteurs, le règne du transhumanisme est unanimement adopté, et cette fois démocratiquement établi !
    Alors : tout le monde serait content au final ?
    - Pas gagné mon Capitaine : seul le temps dira si ce transhumanisme tiendra aussi longtemps que les impôts dans l'Evolution humaine.
    Par contre, le processus aura été irréversible !
    Si, par 'malchance', un rejet de la greffe artificielle venait à ne se manifester qu'après 2 ou trois générations : tout retour aux sources sera devenu impossible, les souches de base de l'humain ayant été définitivement perdues. (En cloner de nouvelles à partir d'un matériel génétique archivé par précaution ne suffirait pas : les conditions initiales comptent au moins autant que l'automate pour remettre en branle un système à l'identique )

    « Etre dans le vent, c'est avoir le destin des feuilles mortes. »
    - Jean Guitton


    En définitive :
    la dignité du citoyen ne saurait dépendre de sa situation de conformisme au concept de 'travail' en vigueur à un instant T
    .



    Post Scriptum :
    voir aussi >> http://www.slate.fr/lien/69999/employes-performance-au-travail <<

    "«Nous voyons la stupidité fonctionnelle comme une absence de réflexion critique. C’est un état d’unité et de consensus qui fait que les employés d’une organisation évitent de questionner les décisions, les structures et les stratégies», affirment Alvesson et son collègue André Spicer dans leur article ..." :

      «Les employés les plus nuls sont les plus heureux»
      ...
        «Ils sont plus motivés»
        ...

        «Ils reçoivent plus de compliments»
        ...





    refus de la misère vs 'sens de l'histoire' ? - par CandyRaton le 20/10/2014 @ 15:18

    la récente journée de refus de la misère (17 octobre) est moins médiatisée que les ’gay pride’ ou démonstrations ’anti-racistes’ .
    Imaginerait-on une ’précaire pride’ ou une ’pauvre pride’ ?
    Une incitation, dans ce ’monde de brutes’ et d’hypocrisie à faire son ’coming out’ en revendiquant sa précarité, et/ou sa pauvreté, comme une fierté : une émancipation des trop habituelles attitudes de paraître et de fausseté !
    Pas besoin, sans doute, de tels artifices pour qui tiendrait à rester vrai plutôt que de prétendre à une quelconque recherche de ’La Vérité’.
    ( Pas certain que les précaires ou pauvres attendent un avantage à voir devenir passible de sanctions pénale le fait d'être désignés comme "parasites", "assistés" ou "loques" ... Ne pas contraindre les gens à se conformer à un vocabulaire hypocrite permet une détection plus rapide des relations à éviter )
    __________
    Pour envisager la misère sous un autre angle, on peut se reporter à cet article d'AgoraVox =>
    La mondialisation de la perversion narcissique – Entre guerre économique et guerre psychologique ( http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-mondialisation-de-la-perversion-158157)


    Remarque liant cet article à une question en vogue : Sens de l'Histoire ?
    avec des individus 'en avance' et d'autres 'retardataires' ?
    Considérons le point de vue suivant :

    "une société non plus seulement paranoïaque, mais perverse, où le cynisme est roi : l’ère du mensonge, où le déni sadique de l’altérité signe inéluctablement la fin de l’homme.
    ... mentalité opportuniste et compétitive aux dépens de toute santé psychique et de toute éthique démocratique"


    Et admettons que ce point de vue émane d'observateurs inclus dans cette société : regard interne
    (dans un miroir (*) - crédibilisé par quel consensus ? - conçu par des esprits qui observent la réflexion de quel éclairage ?),
    sur soi-même autant qu'autrui, qui ne soit a priori pas filtré/déformé par une quelconque idéologie.
    (*) : - "pur jeu de miroir spéculatif où Narcisse peut s’admirer jusqu’à en mourir "
    - comment mesurer le mensonge (volonté consciente et délibérée de tromper) ?
    - le paraître est indissociable des jeux de miroir de Narcisse

    On en vient alors à se demander si un 'sens de l'Histoire' tel qu'il est observé là est souhaitable : pour moi ? pour les autres ?

    - la culture d'autrefois faisait place à "la princesse de clèves" (cf actu décalée)

    - la culture d'aujourd'hui ? : « l’hédonisme de désenchantement qui consiste à profiter de la vie au maximum » [24]. i.e. : tous blasés ?


    et au boulot ? cf l'arcticle Avox :

    "La violence professionnelle est en effet d’autant plus insigne et insupportable qu’elle se déplace et se cache perfidement dans sa déshumanisation managériale, obligeant chaque travailleur à s’emmurer dans le repli agressif de sa normopathie narcissique.

    Cette « violence innocente » du déni prend ainsi la forme d’une « cruauté ordinaire », orchestrée par une multitude de « pervers envieux », qui attendent que tombe le collègue jalousé parce qu’il s’expose, pour conforter leur propre place, ainsi que l’explique Yves PRIGENT"

    ------------
    autres passages =
    -------------
    Le discours socioprofessionnel ne cesse de pratiquer ce double langage haletant, de peur et de plaisir, de pseudoliberté et de sécurité mêlés, qui m’oblige à louvoyer sans cesse, au gré des circonstances. Je suis perdu, sous tension, sujet à des écarts d’humeur, tenté par la consommation et le divertissement, mais leur inanité me renvoie toujours plus à ma solitude. Cette ambivalence est éprouvante : me voici lancé dans un manège harassant où je ne suis plus moi-même, mais parasité en permanence, comme vidé. Ce vide narcissique, c’est la normopathie du faux-soi, qui me protège tant bien que mal du burn out. Mais aujourd’hui, il n’y a pas moyen de s’arrêter, sauf en maladie – on a vu à quel prix ! La course à la performance, « la vitesse stupéfiante » à laquelle change le monde, la « réalité économique » à laquelle « on ne peut rien changer », la vie professionnelle de plus en plus précaire et son management de plus en plus pressant ne nous laissent plus le choix : il faut se faire une raison et suivre le rythme. Telle se produit « la névrose de guerre économique » (DONNET), forme contemporaine d’un « malaise dans la civilisation » auquel nous sommes tenus psychologiquement de nous soumettre.
    -----------------
    Le discours scientifique médical et psychologique, se calquant sur la propagande politique, managériale et industrielle, se vide ainsi de toute réalité : instrumentalisée par le pouvoir, la psychiatrie accrédite officiellement le projet néolibéral, de fonder une nouvelle gouvernance psychoéconomique basée sur l’égoïsme du profit et de la concurrence.
    -----------------

    le désir reste inassouvi, puisqu’il meurt dans son assouvissement. La perversion est le déni de cette impossibilité, de cette vulnérabilité fondamentale de l’être : l’objet n’est plus sainement symbolique, transitionnel, il est fétichisé, incorporé, dans l’illusion que la jouissance phallique puisse annuler la castration, et vaincre le temps[17]. Mais ce faisant, l’objet est détruit en tant qu’objet propre : la jouissance narcissique entretient un rapport singulier avec le désespoir, et la possession avec la mort. Objet chosifié de perversion sadique et/ou sexuelle, l’autre-sujet, en particulier, est possédé pour être détruit. Purement utilitaire, réduit à un objet de consommation, une simple marchandise, l’autre n’existe qu’en tant qu’il me sert, instrument de ma seule jouissance


    valeurs des calés - par Cancrela le 02/09/2014 @ 11:08

    «... et puis comme plus tard j'veux d'venir ministre
    moins je s'srai calé plus j'aurai d'valeur »
    !

    par ailleurs :

    L'éducation tue la créativité ; il faut la libérer


    __________
    juste une propagande 'communiste" ? ...

    ________

    Pourtant pas communiste La Boetie (1530-1563)
    dans son discours de la servitude volontaire :
      « C’est ainsi que le tyran asservit les sujets les uns par les autres.
      Il est gardé par ceux dont il devrait se garder, s’ils valaient quelque chose.
      Mais on l’a fort bien dit : pour fendre le bois, on se fait des coins du bois même ; tels sont ses archers, ses gardes, ses hallebardiers. Non que ceux-ci n’en souffrent souvent eux-mêmes ;
      mais ces misérables abandonnés de Dieu et des hommes se contentent d’endurer le mal et d’en faire, non à celui qui leur en fait, mais bien à ceux qui, comme eux, l’endurent et n’y peuvent mais.

      Quand je pense à ces gens qui flattent le tyran pour exploiter sa tyrannie et la servitude du peuple, je suis presque aussi souvent ébahi de leur méchanceté qu’apitoyé de leur sottise »

    ______
    «Un pays ne peut prospérer longtemps en ne favorisant que les plus prospères». Barack Obama

    Mais, en France, d'aucuns se veulent sans doute plus royalistes que le roi !
    Dormons en paix, ils pensent pour nous ...


      Ou bien " chantez maintenant" (selon les conseils de la froumi à la cikrâne)


    oh la la !


    _____
    => https://soundcloud.com/gt6oqp/normaldes100dents

    Tout va très bien ... ça baigne pour moi ! - par JamesLoignon le 29/07/2014 @ 11:34

    "Tout va très bien ... "


    Ukraine ?
    c'est loin, c'est pas nos oignons !

    Palestine ?
    c'est loin, c'est pas nos oignons !

    disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines ?
    c'est loin, c'est une vielle histoire, c'est pas nos oignons !

    crash du MH17 de la Malaysia Airlines, le 17 juillet ?
    c'est loin, c'est pas nos oignons !

    crash du vol Air Algérie au Mali ?
    c'est loin, c'est pas nos oignons !
      ( Comme pour la médecine du commun, les investigations publiques en resteront au minimun supportable pour éviter la psychose statistiquement envisageable ... Responsabilités et problèmes de fond doivent être abondamment dilués dans un torrent de verbiages surabondants -mais passagers- destinés à noyer le poisson )

    noyer le poisson ?


    (ex.: qui avait fait quoi ? qui assume quoi dans les enchaînements de 'missions'
    déléguées/sous-traitées en cascade, par morceaux ponctuellement négociés ?
    super-mutants de l'informatique qui aviez accepté d'optimiser «à la main» :
    qui oserait suspecter? ...)




    affaires Tapie, Sarko ... ?
    c'est du passé, pas nos oignons !

    affaires DSK, Cahusac ... ?
    c'est du passé, pas nos oignons !

    chômage, "Moi Président", "le changement c'était maintenant", non-inversion de la cfourbe , crise économique ?
    on en a déjà bien assez parlé,
    si on lit encore ces lignes ici c'est qu'on n'a rien de plus vital à régler :
    donc, c'est pas nos oignons !

    "J'aime l'oignon"


    Non mais ! : dire qu'y en a qui n'arrêtent pas de se plaindre !

    >>>“ Au pas camarades ! Au pas, au pas, au pas ! ”

    Une seconde avant le grand champignon, gageons que les habitants d'Hiroshima vaquaient tous sereinement à leurs petites affaires, chacun dans son coin, avec toute la placidité utile requise par une philosophie de l'action inoxydable. Pourquoi les plaindre, ils n'auront même pas eu le temps d'éprouver l'angoisse ? (Belle réussite de cette philosophie de l'action ! : à respecter, non ? ) ...

    Profitons de la quiétude de nos vacances bien méritées pour relire ce grand classique de Bernard Clavel racontant un vieux vigneron, Xavier Roissard, bon travailleur, dans ce roman qui (sait-on pourquoi ?!), est titré : "Les grands malheurs" ...


    “ I want to sing / I want to shout ... ”



    ----



    DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
    Préférences

     Nombre de membres 146 membres


    Utilisateurs en ligne

    ( personne )
    découverte
    stats
    Qui visite OKIDOR ?
    : voir FAQ
    à part: GeoCHAT anonyme entre visiteurs

    «lutte fangeuse»:

    «immense latrine»
    &«inébranlables optimistes»


    «peupler les loisirs» :
    Recherche




    Sondage
    aimez-vous voter ?
     
    c'est ma passion !
    il le faut bien
    faut voir ...
    bof !
    j'en ai rien à faire !
    Résultats
    Calendrier

    Devinette

    Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

    jeux de gam1
    ^ Haut ^

    à voir ...




     
    ...notes ...wink wink "Il faut se méfier de l'eau qui dort !"
    prête-moi ta plume ...
     ... et parlons d''OSONS
    Horloge
    dogmazic.net intellectual property donor
    logo ritournelles recursives by gt6oqp > lyrics= www.ipernity.com/doc/moi-jeu/3500575#

    musique à part

    Annuaire RSS


     GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/