Page en cours de chargement

* *

Texte à méditer :  'Le secret est un ferment du soupçon'   (aphorisme)

* *
Spécial !

MUSIQUES     → à part

SVP, répondez à notre sondage.
Le vote, tel qu'il nous est proposé, vous convient-il?

Toute suggestion pour améliorer les techniques de consultation démocratiques sera bienvenue ici.
Qu'on se le dise ! smile

ici >> toute l'actu en 1 click !

outils


Présentation
Catalogages indélicats Top 10 présentation / Forum science et conscience solutions écologiques
Actualité
Actualité temps-réel Appel à conscience précédent à l'expérience grecque
  • • 
reBof social/travail social/travail - enfants SDF
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
2667 Abonnés
Webmaster - Infos
Ecrire à zelezar  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

news.gifNouvelles

Ces nouvelles sont disponibles au format standard RSS pour publication sur votre site web.
http://okidor.free.fr/reflects/data/newsfr.xml



évolution des rejets de vote en France au 2e tour - par DesFausses le 07/05/2012 @ 12:44

évolution des non caution de l'élu au 2e tour des Présidentielles françaises

(en comptant abstentions + blancs & nuls )

sauf 1958
... et, en enlevant 1969 :


Prenons place !

galaxie politiqueOù croit-on cantonner les abstentionnistes dans la galaxie politique ?
- des ennemis du "peuple de gauche" ?
dans le schéma suivant, imaginons que la boule rouge est "le peuple de gauche", la bleue est "La Droite", la orange est Le Centre, la verte représente les écologistes, la jaune une autre mouvance encore ... ne reste-t-il pas encore de la place ?

( Quand tout s'agrège vers les poids les plus lourds ne doit-on pas craindre la formation d'un trou noir ? )

rappel : le bipartisme veut tout aligner et tout projeter sur l'axe de son Alternance qui croit tout englober :
bipartisme
voir : >> abstraction du vote

Redéfinir travail, loisir et mérite, c'est mettre en question notre civilisation - par PremierMai le 30/04/2012 @ 19:54

Redéfinir travail, loisir et mérite, c'est mettre en question notre civilisation

Passer à côté, c'est pourtant ce que viennent de faire tous les candidats éliminés au premier tour, et c'est ce que continuent de faire les deux qui ont encore la prétention de chercher à représenter tous les Français...

Personne n'a jusqu'ici tenté d'éclaircir le mystère du non engagement d'un quelconque candidat dit «de gauche» en faveur de ce revenu inconditionnel...

C'est sans doute qu'il faut commencer à passer par-dessus le clanisme binaire du bi-partisme pour rechercher le fond masqué par les non-dits complices.

 

Premier non-dit : 

  • la non remise en cause du mérite comme critère implicite d'accès à une vie décente dans notre prétendue démocratie.

Pourtant, autant ce critère est naturel dans une «aristocratie» (=pouvoir des meilleurs), autant il devrait n'être qu'accessoire en démocratie.
Caricaturalement, il semblerait que «la droite» ait plutôt tendance à juger du mérite par la capacité à accumuler des richesses, tandis que «la gauche» voudrait plutôt passer pour plus attachée à des manifestations plus ostensibles d'altruisme.

Il n'en reste pas moins que dans un cas comme dans l'autre, la prééminence d'une recherche de mérite est un hors sujet quant au premier souci de la démocratie : qui est de faire vivre harmonieusement les Français, dans une égalité en droit et en dignité, quels que soient leurs mérites.

(Nota Bene : une droite aristocratie de riches alternant avec une aristocratie d'apparatchiks, plutôt gauches face au bas-peuple, n'ont pas encore convaincu un pourcentage croissant d'abstentionnistes et non-exprimés).

 

Second non-dit :

  • la non remise en cause des critères tacites par lesquels nous évaluons ‘le’ mérite.
Le mot ‘travail’ s'est avéré jusqu'ici un artifice redoutable pour noyer le poisson.
Qui essayera de discerner les différents concepts, orthogonaux entre eux, sournoisement amalgamés sous le même mot de ‘travail’ dans le langage politico-médiatique ? La confusion n'a plus ensuite qu'à se voir consacrée dans les textes et discours officiels de nos politiques.
  • Les capitaux financiers «travaillent»
  • Les machines «travaillent» 
  • Les tâcherons «travaillent» 
  • Les étudiants «travaillent» 
  • Les capacités intellectuelles «travaillent» 
  • Les capacités artistiques ou de séduction «travaillent» 
  • Les prises de risque «travaillent» 
Sous ce prétexte, et parce qu'un contrat entre employeur et employé s'appelle «contrat de travail», on en est venus à trouver tout naturel d'additionner des carottes et des torchons ! et à projeter sur l'échelle unidimensionnelle du salaire perçu les valeurs mutli-dimensionnelles d'un «travail»  à géométrie variable.
(Voir aussi la fameuse définition du travail donnée par Bertrand Russell(1)).
Pourtant, dans les discours prodigués à droite ou à gauche certaines formes de mérite ne sont jamais mises en avant :
- le mérite du déficient mental qui fournit des efforts harassants pour se conformer à un acte pourtant banal de notre vie courante
- le mérite du médecin ou de l'infirmière qui restent inquiets du sort de leur patients en dehors des heures de service
- le mérite de la femme de service qui commence par les tâches les plus ingrates par souci de l'hygiène collective
- le mérite de celles et ceux qui font passer le souci de leurs carrière et rémunération après celui de l'intérêt collectif...
Ces différentes formes de mérite ont en commun de ne pas être récompensés (explicitement) par une rémunération pécuniaire, d'être des actes gratuits ... et d'être constructifs, profitables pour le vivre ensemble !


Troisième non-dit :

  • la question de « protectionnismes» collectifs, et du rôle de l'enveloppe poreuse que constituent les frontières pour éviter la dispersion de nos consensus collectifs.
Cette question en cache une autre : relative à une superposition latente de diverses enveloppes de ce genre.
Au delà d'un certain nationalisme qui fait l'actualité politique depuis... au moins l'ère Mitterand, ne serions nous pas confrontés à des frontières non avouées d'un nouveau genre, de plus en plus prégnantes dans les faits ?
Pourquoi existe-t-il encore des privilèges, des statuts particuliers, au sein d'une France qui prétend à égalité et fraternité ?
Si l'on considère la question du ‘travaill’, pourquoi tous les Français ne sont-ils pas égaux devant le chômage ?
Qu'on ne me dise pas qu'un antagonisme «public/ privé» n'est qu'une vue de l'esprit en France ! même s'il serait intéressant d'affiner la question avec des notions de pseudo-public ou pseudo-privé...
Une autre catégorie d'enveloppes sociales s'est aussi affirmée avec le développement des multinationaleset des délocalisations : de plus en plus de Français deviennent presque plus dépendants de l'entreprise qui les emploie que de la France (où ils ne vivent même plus pour nombre d'entre eux) La ‘culture d'entreprise’ devient plus déterminante pour leur avenir que la culture classique de leur pays d'origine.
Une autre catégorie encore de ces enveloppes parallèles sépare les humains selon des niveaux d'aisance en rien comparables. C'est nouveau, et cela ne fait qu'empirer : vagabonds, «assistés» (soit-disant!), tâcherons, bobos, super-riches, hyper-riches.
On peut alors fortement suspecter que les oppositions simplistes entre «droite», «gauche» et ‘extrêmes’ ne soient en fait entretenues que pour mieux taire et masquer des guerres qui se jouent en douce, plutôt entre les enveloppes parallèles évoquées précédemment.
(Du genre : un candidat qui n'a rien à proposer, crée de toutes pièces un bouc-émissaire, qui sans cette publicité serait resté un parfait inconnu... Le concurrent principal, d'abord «sali» par une proximité avec ce nouveau larron, veut d'abord s'en démarquer. Puis, la facilité prend le dessus; il n'est plus besoin pour aucun parti d'aborder les sujets qui fâchent, c'est à qui se montrera le plus éloigné du diable. Jusqu'à ce que la diabolisation ne finisse par arroser les arroseurs en transformant le diable en arbitre...).
Et le revenu inconditionnel dans tout ça ?
- Hé bien c'est simple : aucun candidat ne veut incarner un peuple vraiment libre qui voudrait déchirer les enveloppes qui l'enferment.
à droite : - comment contraindre des tâcherons s'ils peuvent ne rien foutre ?
à gauche : - comment payer des 'gens du privé' à rien foutre si on doit en faire autant avec «toute la misère du monde» tout en diabolisant l'idée de préserver l'enveloppe de la masse ?
au centre : - si le loisir venait à déborder dans tous les sens, quelle place y aurait-il pour un centre ?
aux extrèmes : - les dirigeants du peuple sont le peuple, mais si jamais le peuple ne voulait plus travailler, il risquerait de ne plus vouloir de dirigeants pour le commander !


Quatrième non-dit :

  • Le loisir est au moins aussi indispensable et profitable à notre civilisation que le «travail».
   (1)Voir l'ouvrage « Eloge de l'oisiveté » par Bertrand Russell 
 
Puisque l'humanité n'a cessé de vouloir s'affranchir du travail déplaisant, de reléguer à des machines ou robots les corvées et tâches fastidieuses, répétitives et abrutissantes, et puisqu'elle y a maintenant suffisamment bien réussi pour se retrouver face à un chômage souvent concomitant à un excès de production... pourquoi vouloir distribuer toujours plus du travail (au lieu de vouloir d'abord partager le travail) plutôt que de chercher à partager, avant tout, le loisir qui permettra à chacun de s'adonner à ses prédilections ?

Qui peut prétendre à la légitimité citoyenne de décider si la philosophie, la culture, la recherche, la création artistique, littéraire, technique, la prospective, la spéculation, la méditation, l'apprentissage... la prétention à gouverner, etc. relèvent davantage d'un travail ou du loisir de pouvoir échapper à des contraintes harassantes ?

>>> à débattre en : http://www.newsring.fr/economie/700-pour-ou-contre-un-revenu-minimum-universel-dexistence/10138-redefinir-travail-loisir-et-merite-cest-mettre-en-question-notre-civilisation


« passe passe passera - le dernier restera»

scrutin actuel : expression pipée par l'Establishment ! - par DesFausses le 23/04/2012 @ 11:24

Contredits par les faits (et l'abstention) nos propagandistes professionnels interprètent plus que jamais

A l'annonce des scores du 1° tour, journalistes, candidats et politiciens de tout poil se relayent pour prétendre constater une forte participation électorale !

Déni de réalité ou renversement des perspectives par une rhétorique en trompe l'oeil : on prétend à un « Constat plutôt rassurant pour la vitalité de la démocratie »
>>> http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2012-tous-les-resultats/20120423.OBS6859/les-5-lecons-du-premier-tour.html

rapide calcul statistique :

Remarquons tout de même que :
 un taux de participation de 80,44%, c'est un taux d'abstention de 19,56 %
 qui succède à ces chiffres d'abstention (au 1°tour) : (cf  http://www.lelab2012.com/historique-elections-presidentielles-resultats.php
ou 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Élections_présidentielles_sous_la_Cinquième_République )
1969 : 22.41%  _ 1974 : 15,77% _ 1981 : 18,91% _ 1988 : 18,62% _ 1995 : 21,62% _ 2002 : 28,4% _ 2007 : 16,23%
 soit  18,93% de moyenne si l'on veut bien exclure le cas exceptionnel de 2002 ... comme nous y incite l'article.

Le constat froid n'est alors pas celui d'une "forte" mobilisation puisque cette abstention de 19,56 % est plus forte que la moyenne ! (Et semble plutôt confirmer une tendance à évoluer à long terme vers la hausse )

Noter aussi la très forte abstention des Français de l'étranger ...

En regardant de plus près les résultats :
cf : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection_pr%C3%A9sidentielle_fran%C3%A7aise_de_2012  :
44 382 905 inscrits
8 673 606 abstentions = 19,54 %
690 779 Blancs ou nuls
  [ soit : => 9 364 385 Français non assimilables à des gens convaincus par l'actuelle proposition électorale ]
35 709 299 Votants
35 018 520 Suffrages exprimés

F. Hollande :   10 003 036 Voix (28,56%)
N. Sarkozy :     9 479 515 Voix (27,07%)
   [ pas convaincus :  9 364 385  électoralement silencieux (21,1%) ]
M. Le Pen :      6 344 097 Voix (18,12%)
JL Mélenchon:  3 887 639 Voix (11,10%)
F. Bayrou      :  3 189 257 Voix ( 9,11%)
Eva Joly        :      791 056 Voix (2,26%)
...

on ne peut que se demander quelle conception de la démocratie entretiennent celles et ceux qui monopolisent l'espace public par des spéculations creuses et irrespectueuses sur le ou la supposé(e) "arbitre" du suffrage au second tour. ( Pour qui ou pour quoi prennent-ils 'leurs' électeurs, ces guides suprêmes qui entendent jouer les "arbitres" ? )

  L'arbitre du 2° tour ne peut être (à double titre :  par principe même, et au vu des résultats) que ... les Français. C'est à dire, majoritairement, non pas M. Le Pen, JL Mélenchon, ou F. Bayrou, mais plutôt les abstentionnistes et non exprimés : bien plus nombreux que chacun des groupes qui se sont exprimés pour chacun de ces "outsiders" ... et même plus nombreux que le favori si on y ajoute les non inscrits et si on cherche à arbitrer non pas seulement un scrutin fallacieux mais la République composée de tous les Français !
  Cela ne veut pas dire qu'il faille s'attendre à ce que celles et ceux qui n'ont pas voté au premier tour le fassent au second !  et sans doute bien au contraire ...)
  Au vu de ces résultats, beaucoup de celles et ceux qui ont cru devoir "voter utile" pourraient bien s'en mordre les doigts ... pour peu qu'ils se mettent un peu à se faire confiance à eux-mêmes (en écoutant moins les bavasseurs payés pour leur laver la tête) .
   ... et à arrêter de courir après les sondages ! >> voir ce récapitulatif ...
( Une "photo" dit-on ! Si la seule fois où on peut vérifier, la photo s'avère fausse, ça prouve peut-être que le film est juste ? ... )

 Celles et ceux qui veulent vraiment une démocratie devraient reconnaître la majorité silencieuse (qui ne peut ou ne veut voir ses capacités d'expression limitées aux urnes ). Ils peuvent d'ores et déjà prendre la mesure de la force potentielle des sans voix, et du fait que leur isolement n'est qu'artificiel et imputable à un dévoiement, par un scrutin désadapté, de l'évaluation de la volonté générale. L'appel le plus criant de ce scrutin est l'appel des "électoralement silencieux" à adapter notre système de partage du pouvoir ...
  
     Ce ne sont certainement pas d'interminables spéculations hautaines et méprisantes, assimilant les abstentionnistes autant que certaines catégories de votants à des gens manquant d'instruction ou d'une certaine position sociale ... qui vont convaincre "la masse" de se déconsidérer elle-même pour obéir à des injonctions à se défausser dans une urne de son devoir et de son pouvoir citoyen !



Inversons chantage et autruchisme pour régler la dette ! - par surEnChaire le 18/04/2012 @ 11:10

L'illusion d'une possibilité d'accès au pouvoir berne autant les petits Français que les petits candidats.
A moins que ce ne soient  l'hypocrisie, puis le cynisme des leaders qui aient pris le pas sur l'illusionnisme.
Si l'on refuse de prendre les Français pour des naïfs et des moutons bêlants, seul le chantage peut expliquer leur soumission à des représentants qui vivent dans un univers à part !
 La politique de l'autruche est bien plus une spécialisation de ceux qui prétendent nous gouverner ... que de la ménagère qui doit surmonter concrètement les embûches pour arriver à faire survivre sa famille !

Chantage ?
 On nous laisse entendre :
  - Si vous ne sauvez pas les banques et les riches, vous n'aurez plus d'argent.
  - Si vous n'élisez pas les candidats que le pouvoir politico-médiatique (qui chante pour qui ?) a choisis pour vous, il en sera fini de "La démocratie".

Autruchisme ?
  Optimisme de pacotille, méthode Coué : "Tout va très bien, madame la Marquise".
  Plus nos "savants" sont influents, plus ils se persuadent avant tout que leurs compatriotes méritent un discours infantile et doivent être traités comme de candides benêts . Les seules leçons qu'ils condescendent avec délectation à prodiguer à "la masse" sont des a priori relevant d'une psychologie de comptoir, à base de peurs, jalousies supposées, et autres spéculations visant à décrédibiliser leurs propres homologues : tous des imposteurs ?
   Si bien que autant des vedettes du show-bizz de la Recherche, que les moins instruits en sciences réussissent à s'entre-persuader que les contrariétés rencontrées en matière écologique ou économique ne seraient que billevesées.
   Cette posture tient par une unique panacée universelle qui elle, fonctionne à merveille : la technique imparable consiste à remplacer les bilans par de nouvelles promesses !
  ( Les problèmes écologiques seront résolus par les trouvailles à venir que feront les enfants des imposteurs -
   les dettes seront résorbées par La Reprise qui viendra immanquablement pour peu qu'on sache être optimistes )


Au "principe de réalité" qui nous est catéchisé en économie pour nous inciter à payer à la place de ceux qu'il a fallu sauver par une pluie de milliards empruntés à leur place par l'Etat, opposons un principe de réalité sociale !
 à la fatalité économique opposons la fatalité sociale :
  Que les choses soient claires : des disparités augmentent dans les statistiques d'accès à un revenu décent, d'accès aux soins, ... et d'espérance de vie :   est-ce acceptable ? Est-ce soutenable ?

 Dans le meilleur des rêves de nos "optimistes" actuels, les niveaux de déficit et de dette que l'on arriverait à obtenir après des années de "serrage de ceinture" (accompagnées des effets collatéraux d'une probable épuration naturelle des "faibles") seraient les niveaux que connaissait la France il y a dix ans. Or il y a dix ans,  nous n'avions pas à faire face à toutes les contrariétés (écologiques, internationales, économiques) qui n'auront aucune raison de ne pas empirer d'ici quelques années ... et nous ne faisions qu'amorcer la chute !

La solution qui s'impose donc aux petits Français nous est donnée par l'exemple de ceux qui veulent les contraindre :
le chantage des irresponsables et l'autruchisme des "optimistes" !
Le "je fais ce qui m'arrange, et si cela ne vous convient pas, je ne veux pas le savoir  : sans moi vous ne vous en sortirez pas." !
 Banquiers, vous êtes des spécialistes, nous comptons sur votre grand mérite pour trouver les sous nécessaires au remboursement de vos dettes : si vous ne le faites pas nous serons peut-être tous ruinés, mais les pauvres auront au moins la consolation de ne pas avoir joué les pigeons ... et auront tenu un peu plus longtemps que s'ils s'étaient naïvement sacrifiés tout de suite.
   Politiciens, candidats, vous êtes des spécialistes, nous comptons sur votre grand mérite pour défendre la volonté des Français sur la scène internationale : si vous ne le faites pas nous serons peut être soumis par des forces étrangères, mais nous aurons au moins commencé à tenter de nous défendre en recherchant vraiment l'idéal démocratique ... ( et qui sait, en tenant bon ... ça pourra peut-être devenir contagieux)

Gageons alors que si nous n'avons plus aucune motivation pour travailler, pour produire, pour voter ... les banquiers devront à nouveau compter sur eux-mêmes pour trouver des solutions (ou des sous) ... les candidats devront s'inquiéter de la volonté générale, honnêtement évaluée, pour trouver des électeurs par des arguments et des estimations officielles démocratiquement affinées plutôt que par des promesses de lendemains qui chantent et des postures de gourous prétendant avoir la bonne opinion sur tout et n'importe quoi !



(aller à ce lien et voir plus bas)

Combattre l'effet au lieu des causes renforce l'abstention et la légitime d'autant ! - par Prudence le 17/04/2012 @ 14:01

  Constats factuels d'intentions anti-démocratiques et dangereusement prétentieuses : les mots utilisés !
- "chasse aux abstentionnistes" !! ...
- la propagande d'assimilation systématique des abstentionnistes à des "indécis",
- l'assimilation du vote à un combat visant à la "victoire" d'un clan (parti politique ou idéologie "de droite", "de gauche", etc..)
- le refus de chercher à affiner officiellement la mesure de "24% à 32%" d'abstentionnistes pour mieux interpréter sans fondement et s'auto- porter parole de plus d'un quart de ses compatriotes !

 Bien trop de blogueurs, reproduisent et répètent à l'envie cet abus des médias classiques qui consiste à s'auto-investir de la mission d'interpréter le silence des autres (que ce silence  soit l'effet d'une contrainte acceptée ou subie, ou au contraire qu'il soit volontaire ) ...
Alors qu'une des formidables libertés nouvelles apportées par Internet est au contraire de permettre le dialogue, l'interrogation directe de ses auditeurs, la  multiplication des témoignages personnels.  Dans tout blog, forum, ou "débat" sur Internet "je" n'expose jamais que le témoignage de "mes" convictions ou sentiments personnels lorsque "je" m'égare en dehors d'arguments composés d'informations, références et déductions  ... Tout jugement de ma part concernant d'autres blogueurs n'est jamais qu'un témoignage de ma prétention à juger ... et vice versa !
  C'est en ce sens que les prétentions à juger l'Abstention dans son ensemble ne sont que des éléments factuels tendant à confirmer et renforcer les craintes (que peuvent avoir certains abstentionnistes) de dérives vers des abus de pouvoir !
 ( Ce sont paradoxalement des lapsus révélateurs assez intéressants à observer ! )


Voir cet article d'actualité :
http://www.lesechos.fr/opinions/analyses/0202002587383-l-abstention-electorale-cet-obscur-objet-politique-312040.php

« Bien plus que la dispersion, l'abstention est le problème »
Problème pour qui ?  Question d'angle de vue !
  Qui a le droit de prétendre que les abstentionnistes soient ou non eux-mêmes "dispersés" ? alors que notre système de scrutin se refuse à essayer de mieux mesurer la part de toutes les différentes motivations, refus ou boycotts qui aboutissent à cette abstention !
( Certains, militants pour un "vote blanc", se permettent cette prétention : ils arguent qu'avec la façon qu'ils préconisent de compter, puis d'interpréter les "blancs", les quelques 16% d'abstentionnistes viendraient s'ajouter au lot des 4% de "blancs ou nuls" répertoriés aux dernières présidentielles ! ... Une telle pétition de principe est-elle crédible, est-elle honnête ? )
   Si jamais l'abstention n'était elle-même pas "dispersée" et était assimilable à une tendance qui n'aurait pas aujourd'hui les moyens de s'exprimer autrement (par des gens " trop préoccupés à joindre les deux bouts" ou ne pouvant accepter les structures actuellement imposées ) ne pourrait-on pas la considérer comme un "parti politique informel" qui ferait lui-même partie de cette  "dispersion ... qui n'est pas le problème" ! )  - Noter que cette façon de regarder semble assez similaire à celle des adeptes d'un "vote blanc" incarné par un "candidat blanc ...
  On peut alors concevoir qu'en fait, le problème qui préoccupe l'auteur de cette citation, c'est que l'abstention soit son "adversaire" (son "ennemi" diraient certains) le plus sérieux !
   La tactique semble alors être le déni d'une opposition majoritaire, pour tenter de faire croire à ces opposants qu'ils n'existent pas ou ne sauraient exister.  Plus d'un quart des électeurs devraient se persuader qu'ils ne sont qu'un mirage, soluble dans une configuration de bataille bien maîtrisée entre "petits partis" dont on ne fera qu'une bouchée, et un adversaire principal qui serait un moindre problème ...
 Dès lors, mettre tous les abstentionnistes dans le même sac pour porter des jugements infamant sur l'Abstention est un pari douteux qui ne pourra se révéler pertinent que si la majorité silencieuse des abstentionnistes est réellement composée de ces moutons que l'on voudrait naïfs, pusillanimes et indécis ...

 Pourtant, qu'appelle-t-on politique de l'autruche ?
    Quand on a identifié un "problème" constitué par une proportion de un quart à un tiers d'abstentionnistes potentiels, suffit-il d'esquiver les conséquences de l'abstentionnisme en délégitimant par la rhétorique (en attendant pire ?)  une chimérique Abstention ?

    Il ne s'agit pourtant pas seulement de "gagner" les élections. Quelle serait la gloire de devenir Président d'une nation composée d'un tiers d'opposants et d'un tiers de renégats ou moutons sans intérêt ?

  Continuer à refuser d'analyser plus finement le "problème", à refuser de faire "remonter" vers les "représentants" mandatés, toute la diversité des doléances, des indignations, des refus, des propositions, des demandes, voire des exigences d'un peuple de plusieurs millions d'âmes,
continuer à ostraciser globalement une somme de refus qu'on ne veut même pas discerner ... pourra difficilement permettre une gouvernance efficace et pérenne.

  Il ne suffit pas de congédier un dictateur, pour se comporter en citoyen, il faut aussi savoir tenir tête au remplaçant qui aurait trop tendance à compter davantage sur les rapports de force que sur une attention prévenante à tous ses égaux.

  Lorsque, depuis des décennies, les élus se succèdent sans que la source d'une augmentation de l'abstention ne tarisse, il est plus qu'urgent de faire un travail d'introspection (avec bilan, analyses et débats) sur nos structures institutionnelles.
  Il ne suffit pas de changer de Président, il faut aussi moderniser (ou tout au moins adapter) nos techniques, modalités, et temporalités de consultation du peuple ...
  Il est bien plus courageux et citoyen de voter pour un "petit" candidat qui ne sera pas élu que de croire "voter utile" ...
  Mais, en l'état actuel du fonctionnement de la France, l'illusion d'avoir épuisé son "devoir citoyen" par un tel vote risque au contraire de désinciter à un effort incessant de lutte individuelle responsable ...
  Combien d'électeurs préféreront s'abstenir alors qu'ils auraient voulu cautionner certains objectifs ou refus, non abordés par les "grands candidats", mais seulement par Nicolas Dupont-Aignan, avec certains autres de Cheminade, en appuyant certaines récriminations de Nathalie Arthaud ou Philippe Poutou, sans oublier certaines exigences de Eva Joly  ... ?
   Peut-on les sommer d'opter pour un seul de ces candidats en sacrifiant pour le ou la préféré(e) tout ce que qu'il ou elle se croit obligé(e) de combattre ?
Ceux qui feront un tel sacrifice auront-ils pour autant plus de chances de voir un jour leur candidat(e) défendre mieux et plus officiellement ces convictions ? - Ils auront plutôt cautionné un système de légitimation qui fera plus pour contrarier la majorité de leurs différentes convictions personnelles que pour favoriser les quelques priorités qu'ils ont voulu faire prévaloir !
    Ne serait-il pourtant pas bien plus efficace de militer avant tout pour un effort d'adaptation honnête des évaluations officielles de la "volonté générale" ?

   Déconsidérer cet appel muet (à rénover nos rites électoraux) que peut masquer une abstention abusivement mal traduite par celles et ceux qui se prétendent en capacité de l'interpréter, c'est laisser deviner derrière ses mots de véritables convictions cachées qui se rient de l'idéal démocratique, c'est légitimer non pas le nouvel élu (transitoire), mais bien plutôt l'acte responsable du boycott d'un système de scrutin dépassé !



Pour un non-vote certifié - par AntiUtile le 14/04/2012 @ 14:43

en quoi le prétendu "vote utile" est dommageable à la République :
   ( le "vote utile" fut-il jamais utile ? )
  • c'est contraire au concept sensé justifier la technique du scrutin :
    la théorie mathématique ( cf "théorème du jury" de Condorcet) laisse espérer que la moyenne des choix indiqués par les votants soit d'autant plus pertinente que le nombre de votants est élevé. (Le résultat du vote aurait même toutes les chances d'être plus pertinent que le plus pertinent des votes individuels !).
      Mais pour que cette propriété du vote se fasse jour, il est indispensable que le choix de chaque votant soit indépendant du choix des autres ! ( pas de concertation sur le vote entre les votants ! pas de sondages ! ...)
     Il est aussi nécessaire que chaque votant soit assez informé et compétent pour avoir une probabilité non négligeable de savoir ce qu'il choisit et de ne pas trop se tromper (dans un choix auquel il croit vraiment lui-même !)
    [le théorème du jury] repose sur cinq conditions : 
    • les membres du groupe doivent prendre leur décision indépendamment ;
    • ils doivent répondre à la même question ;
    • ils doivent être suffisamment bien informés
      pour pouvoir prendre la bonne décision avec une probabilité supérieure à 50 pour cent ;
    • et enfin, il doit exister une bonne réponse. !!   wink

    Dans l'intérêt général, quand on sait qu'on ne peut pas donner un choix pertinent, il vaut mieux s'abstenir que de fausser le vote !


  • c'est un mauvais calcul à (très) courte vue :
    Celles et ceux qui sont réellement convaincus de leur choix ne votent pas "utile" : ils votent par conviction.
    Tous les autres sont floués !
    • Si le candidat qu'ils désignent est élu, ils auront cautionné, ils auront fait allégeance à un candidat qu'ils n'auraient pas choisi eux-mêmes s'ils n'avaient été influencés par ceux qui, sans eux, n'auraient peut-être pas été désignés comme majoritaires :
      ils se seront eux-mêmes interdit de remettre en cause la légitimité de l'élu, et ne pourront être considérés comme crédibles et conséquents si jamais il leur prend un jour l'envie de le faire. ( Ce n'est pas seulement sur le plan de la procédure officielle, mais sur le plan moral qu'ils se condamnent à cette perte de liberté ! )

    • Si c'est le candidat qu'ils voulaient combattre qui est élu, c'est bien pire ! ...
      ... et en plus, ils auront parfaitement cautionné et légitimé le système de scrutin lui-même.
      ( Ce qui rendrait incohérente l'idée de vouloir un jour s'insurger ou faire la révolution ! ...  à moins de proposer un nouveau régime sans scrutin ?   Mais cette proposition, incohérente avec leur précédente légitimation du scrutin, les rendrait fort peu crédibles !)


  • ça favorise le risque de fraude électorale :
    voir ce débat :
    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/chronique-d-une-fraude-annoncee-114620#forum3301260

    en gros : la fraude électorale sera d'autant plus visible et facile à dénoncer que la participation électorale sera faible.
    ( Et : pourquoi cautionner par son vote un système de scrutin que l'on soupçonne manquer de fiabilité ? )

  • c'est un non-sens !
    Pour éviter la "victoire" d'un(e) "pire" on renforce un  pouvoir qui a toutes les chances de nous déplaire aussi !
    Pour éviter les désadaptations entre "représentants" et peuple, quoi de plus simple et de plus efficace que de refuser d'apporter une légitimité procédurière, indue, à ceux qui risquent d'en abuser ?

    Vous ne voulez surtout pas de Sarko, mais vous craignez autant Hollande que Mélenchon, Le Pen ou Bayrou ... ?
    Laissez n'importe lequel d'entre eux être élu avec un score minable !  Il (ou elle) sera d'autant plus facile à virer dès la première incartade !
     ( Vouloir, préventivement, empêcher artificiellement l'un ou l'autre d'accéder au pouvoir ne ferait qu'empêcher une nécessaire maturation des consciences - Il faut laisser le temps au temps ...
    - L'erreur éclatera rapidement par l'exercice du pouvoir, et les électeurs ajusteront leurs préférences. Tandis que, dans l'opposition, les adeptes du clan le plus amer risqueraient de se braquer pour bien plus longtemps ... et s'ils tardent trop à capter le pouvoir, ils ne le lâcheront plus  - "Les vainqueurs prennent immédiatement les vices des vaincus" : Roger Martin du Gard )

Voter utile ou s'abstenir ? - Pourquoi faire simple et efficace quand on peut faire compliqué et hasardeux ?

Pire, si vous craignez le climat délétère qui s'est installé en France, entre ceux qui savent où est le bien et le bon et tous les autres qui sont soupçonnés de voter pour l'ignoble ennemi, la meilleure et la seule façon de pouvoir montrer patte blanche, c'est de ne pas aller voter !
On devrait d'ailleurs pouvoir exiger de se faire imprimer un certificat de non vote !
( On sait bien, surtout quand on a lu "Matin brun", qu'on reprochera aussi aux non-votants de ne pas avoir immolé toutes leurs libertés pour éviter l'élection de l'ennemi ultime ... mais, s'il ne reste pas un minimum de logique aux fanatiques pour s'attaquer en priorité à leurs ennemis directs, soyons confiants, ils ne feront pas long feu. )

____

 ( Allez dire sur Agoravox que vous n'allez pas voter JLM ! ...
  ou même : que vous allez vous abstenir ! ....
  >>  http://www.agoravox.fr/spip.php?page=tous-les-sondages
     Une agora représentative ?
)

____

voir aussi :
« Faire reposer le changement politique sur un seul homme devient de plus en plus ridicule »


Charlotte dit « non » aux candidats à la présidentielle de 2012 - Videomotion Web TV

Zonka voté : tout est spéculé - par Zonka le 12/04/2012 @ 17:40


y z'on k'à trouver, les chercheurs ! : - de nouvelles énergies pas cher et non polluantes, - les bonnes solutions pour dépolluer la planète ...
 z'on k'à bosser : les jeunes, les chômeurs, les glandus ...
 z'on k'à arrêter d'se taper dessus dans ces pays qu'on parle dans l'poste ...
 z'on k'à voter, et voter comme y faut, les idéologues, au lieu de bavasser ...
 Nous on a fait not' taf ! Not' paye on l'a pas volée :  on aura ( ou on a déjà) bien mérité not' retraite ...
 Et puis nous on est optimistes, nous .  C'est pas comme ces dégonflés, ces sinistrosés qui, à force de voir le mal partout, de baisser les bras, de pas s'lever tôt, finissent par faire arriver La Crise ...
 Ces protestataires qui nous inventent des réchauffement climatiques, des catastrophes nucléaires à Pétaouchnock, des clearstream, des crises du logement ... et on sait quoi encore ... tout ça pour s'la couler douce au lieu d'aller bosser.
 D'ayeure, les scientifik, y sont même pas d'accor entre eux : la preuve !
( En plus Claude Allègre a dit k'y sont tous des imposteurs. Il est "de gauche" çui-là quand même ! CQFD - Point barre ! )
 
Y'en a des qu'ont la prétention d'imaginer des solutions ! Non mais y s'prennent pour qui ?
 Y voudraient en plus qu'on lise des trucs de propagande écrits par des anciens qu'on connai même pas ... et même, par des étrangers ... Pour un peu y voudrez qu'on est la prétention de comparer les traduction ...
 En plus y voudré qu'on réfléchisse avec eux : comme si on n'avait qu'ça à faire !
 On bosse nous ! Non mais !
 Et puis nous au moins, on est pas des rêveurs et des paresseux, on va voter !
....
Hé oui, l'alternance politicienne a fait passer des Yaka aux Zonka !
 à quand la bronca ?

 et pourquoi pas ?
....
Bon,
 pour celles et ceux qui ont tout de même du temps à perdre en attendant fébrilement le vote qui va tout conserver,
y'a encore ça pour se distraire inutilement :
- la spéculation sur les spéculateurs : http://www.marianne2.fr/Fillon-vous-etes-l-allie-des-speculateurs-_a216930.html

- le club du rhum (voir wikipédia ou   ce que dit le rapport Meadows):
(«Tous ceux qui sont désireux d'invoquer le "rapport du Club de Rome" pour justifier le manque de flair de ses auteurs devront donc patienter jusqu'en 2100 avant de pouvoir le faire !» )

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-114264
- ...
_____
 Au lieu de prétendre s'acquitter de son devoir citoyen par un vote-délégation ou un "blanc" dont l'ambivalence est irresponsable, (chèque en blanc/ caution de n'importe quoi ? ou refus de tout sauf de l'allégeance à un stratagème de légitimation procédurière ? ), osons voir qu'il y a une vie citoyenne après les présidentielles. C'est notre propre attitude plus que l'élu(e) qui pourra changer quelque chose !
 ( Corollaire : Peut-être vaudrait-il mieux ne pas avoir d'élu(e) donnant l'illusion de "La" solution à nos soucis ... afin que chacun, et ensemble, nous regardions mieux en face nos propres responsabilités )
  La vraie marque d'une démocratie serait de savoir collectivement réparer par nous-mêmes une erreur de casting.
La maintenance (corrective, évolutive ...) n'est pas une histoire de grands soirs ou d'allégeance au bon Constructeur ou à un bon Représentant; c'est une affaire de tous les instants !
_____

« Celui dont la pensée ne va pas loin
verra les ennuis de près »
(Confucius)


___
Est-il pessimiste de penser ceci ? :
 Nous n'éviterons pas la baisse de notre niveau de vie
 ( Attention !  votre façon de répondre -ou de ne pas répondre- est plus déterminante que le sens positif ou négatif de votre réponse pour qui observe les faits )



Vote contre et vote par valeur : une démocratie nouvelle ! - par libRT le 07/04/2012 @ 11:59

Plus fondamental qu'un "vote contre les appareils de partis", un "vote contre" tout court !
... pour dépasser les fausses solutions de "vote blanc", "vote utile" , ou pire "obligation à voter"  ...
  en toute liberté, débattons d'un double vote par valeur :
  http://www.newsring.fr/politique/587-elections-et-si-on-notait-les-candidats/8727-une-avancee-conceptuelle-passerait-par-des-votes-pour-et-votes-contre-independants-mais-couples

... chanter différent ...

... pour faire un Président ...

"élisez-moi !"
ou "on est heureux comme ça" ?
 
« délivrez-nous du pire et gardez le meilleur »
des Français refusent la royauté faut pas en faire un fromage !

Il ne faut pas rendre le pouvoir aussi vil
... mais il faut rendre le pouvoir aux civils !






les présidentielles ont fait choux blanc pour 1 tiers des Français - par chouchouBlanc le 31/03/2012 @ 12:45

les présidentielles ont fait choux blanc pour un tiers des Français (considérés comme "indécis" par les sondages )

choux blancs moutons
  Pas besoin d'attendre les élections pour préparer notre cahier de doléances.

 Après, l'illusion du changement nous fera encore perdre du temps
 ... mais les efforts investis ne seront pas perdus,
 si, au lieu d'un inutile "vote blanc" nous faisons officialiser une collecte nationale de doléances-propositions

 Face à "la crise", au chômage, à l'exclusion, à la misère, voire pire ...
      il va bien falloir faire quelque chose !

=> voir ce débat : http://www.newsring.fr/politique/82-voter-blanc-est-ce-inutile/8280

 ou encore : http://www.newsring.fr/politique/563-abstention-faut-il-rendre-le-vote-obligatoire/8535-lineptie-dune-obligation-a-voter-vient-dune-affligeante-confusion-entre-cause-et-effet

et enfin :

 http://www.newsring.fr/politique/587-elections-et-si-on-notait-les-candidats/8620-une-seule-personne-ne-peut-pas-en-representer-60-millions

on veut un nouveau pouvoir du peuple:
changer de clown n'y suffira pas !






info confidentielle :
notre gouvernement a décidé son auto-rénovation : 
   à dater d'aujourd'hui, 1e avril, il va nettoyer son propre "bling-bling" au karcher   !

=> voir cette illustraton <=

Voyez par vous-mêmes, Français : on vous raconte des histoires !


« mais j'veux qu'le violon reste à la maison»


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Préférences

 Nombre de membres 146 membres


Utilisateurs en ligne

( personne )
découverte
stats
Qui visite OKIDOR ?
: voir FAQ
à part: GeoCHAT anonyme entre visiteurs

«lutte fangeuse»:

«immense latrine»
&«inébranlables optimistes»


«peupler les loisirs» :
Recherche




Sondage
aimez-vous voter ?
 
c'est ma passion !
il le faut bien
faut voir ...
bof !
j'en ai rien à faire !
Résultats
Calendrier

Devinette

Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

jeux de gam1
^ Haut ^

à voir ...




 
...notes ...wink wink "Il faut se méfier de l'eau qui dort !"
prête-moi ta plume ...
 ... et parlons d''OSONS
Horloge
dogmazic.net intellectual property donor
logo ritournelles recursives by gt6oqp > lyrics= www.ipernity.com/doc/moi-jeu/3500575#

musique à part

Annuaire RSS


 GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/