Page en cours de chargement

* *

Texte à méditer :   “ Il est extrêmement dangereux d’encourager les gens à se considérer comme exceptionnels, quelle que soit la motivation.”   Vladimir Poutine (!)

* *
Spécial !

MUSIQUES     → à part

SVP, répondez à notre sondage.
Le vote, tel qu'il nous est proposé, vous convient-il?

Toute suggestion pour améliorer les techniques de consultation démocratiques sera bienvenue ici.
Qu'on se le dise ! smile

ici >> toute l'actu en 1 click !

outils



Présentation
Catalogages indélicats Top 10 présentation / Forum science et conscience solutions écologiques
Actualité
Actualité temps-réel Appel à conscience précédent à l'expérience grecque
  • • 
reBof social/travail social/travail - enfants SDF
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
2674 Abonnés
Webmaster - Infos
Ecrire à zelezar  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

news.gifNouvelles

Ces nouvelles sont disponibles au format standard RSS pour publication sur votre site web.
http://okidor.free.fr/reflects/data/newsfr.xml



Ah nouilles ! - par GoneAntiOuiOuis le 21/03/2014 @ 19:09

Jean Anouilh –– Antigone - - 49 -
(cf http://lewebpedagogique.com/hberkane5/files/2012/09/Antigone_texte.pdf )

ANTIGONE
Non. Vous avez dit «oui». Vous ne vous
arrêterez jamais de payer maintenant!
...
CRÉON,
    la secoue soudain, hors de lui.
    Mais, bon Dieu! Essaie de comprendre une minute, toi aussi, petite idiote! Jai bien essayé de te comprendre, moi. Il faut pourtant qu’il y en ait qui disent oui. Il faut pourtant qu’il y en ait qui mènent la barque. Cela prend leau de toutes parts, c’est plein de
    crimes, de bêtise, de misère...

    Et le gouvernail est là qui ballotte. L'équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu'à piller la cale et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d'eau douce, pour tirer au moins leurs os de là.
    Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce quelles ne pensent quà leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires.
    Crois-tu, alors, qu’on a le temps de faire le raffiné, de savoir sil faut dire «oui» ou «non», de se demander sil ne faudra pas payer trop cher un jour, et si on pourra encore être un homme après? On prend le bout de bois, on redresse devant la montagne deau, on gueule un ordre et on tire dans le tas, sur le premier qui s'avance. Dans le tas! Cela n'a pas de nom. C’est comme la vague qui vient de s'abattre sur le pont devant vous; le vent qui vous giffle, et la chose qui tombe devant le groupe n'a pas de nom. C’était peut-être celui qui t'avait donné du feu en souriant la veille. Il na plus de nom. Et toi non plus tu n’as plus de nom, cramponné à la barre. Il n’y a plus que le bateau qui ait un nom et la tempête. Est-ce que tu le comprends, cela?
ANTIGONE,
    secoue la tête.
    Je ne veux pas comprendre. C’est bon pour vous. Moi, je suis là pour autre chose que pour comprendre. Je suis là pour vous dire non et pour mourir.
....



Plutôt que de lire cela y'en a des qui préfèrent la télé :
(ATTENTION : rien que cette vidéo c'est plus long que lire tout l'Antigone )



la botte secrète anti-chômage des en-avance de tous bords - par CandyRaton le 12/03/2014 @ 21:57


passivité, suicide : deux spots sur l'actu du jour - par Gaston le 06/02/2014 @ 11:24

passivité programmée

Dixit...
... Sur une séquence d'une heure en cours, 60% des élèves passent leur temps à prendre des notes. Deux tiers disent n'avoir jamais travaillé en petits groupes, sur des projets collectifs, alors que pour construire une société moderne, il faut développer ces compétences.

[ conclusion de l'article :]

Dixit...

La France reste le seul pays d'Europe où ils [les enseignants] sont sélectionnés uniquement en fonction de leurs connaissances académiques

* [de mauvaises langues semblent en douter

 * en creusant la question sur un plan théorique, on peut déjà se demander si le statut particulier des fonctionnaires enseignant en France n'y est pas pour rien ?
cf "les fonctionnaires français sont les plus protégés d'Europe"
tromperie sur l'égalié en droit =
    - soumis au droit public et non au code du travail
    - inamovibles
    - rémunération déterminée par une grille indiciaire
=> distorsion fondamentale des perceptions de la réalité française au sein de la forge citoyenne, à la racine même de l'Education ! ...


(comment légitimer un tel statut en dehors de la légitimation académique - discutable, mais aujourd'hui peu consciemment remise en cause ? )

]

<= cf : Le Monde du 6 fev. 2014 , page 12 :
=> "Le plaisir favorise mémoire et raisonnement" : Yann Algan, économiste et professeur des écoles
"Propos recueillis par Mattea Battaglia et Emma Paoli"

______

suicide

page 10 :

Dixit...

"Des médecins s'alarment de la hausse des tentatives de suicide chez les jeunes filles"
"à 15 ans, près de 21% des filles et de 9% des garçons ont déjà tenté de se suicider."

docteur Pommereau :
"Un nombre très important de jeunes est en désespérance. Je l'évalue à un sur sept."
Ces adolescents sont le miroir des angoisses de leurs parents, résume le psychiatre.

docteur Pommereau :
"Toutes ces pratiques
[Tentatives, scarifications, coma éthylique] se répandent, et sont de plus en plus banalisées par les adultes.

... le psychiatre lance un appel aux parents. Ils doivent aider leurs adolescents à se sentir exister en leur confiant des responsabilités, en les rendant plus acteurs, moins consommateurs. En leur donnant une place.

Pascale Krémer



...
___


Dans ce contexte spécifiquement français, comment s'étonner alors de l'absence de participation à une quelconque initiative collective de cahier de doléances ?
...
    NB : Le prétexte (à passivité) d'un a priori contre ce que certains appellent "La Démocratie directe" ... n'est pas convaincant puisque, d'abord, il ne s'agit pas de ça !
      - Est-il vraiment honnête de dire : "les Français pensent ou veulent ceci ou cela" ... en ne se basant que sur une interprétation des sondages, votes ou référendums tels qu'ils sont pratiqués aujourd'hui ?
      ...


Comment les adultes peuvent-ils "aider leurs adolescents
  • à se sentir exister ?
      ... - quand nous nous contentons de vivre par procuration, en spectateurs, les exploits ou frasques de vedettes du sport, du show-biz, de la politique politicienne ?
      ...


  • en leur confiant des responsabilités
      ... - quand nous commençons par abdiquer des nôtres en les déléguant périodiquement par des votes cautionnant une mascarade de représentativité ?

      Dans notre pays où la "personne morale" (Entreprises de prétendus 'employeurs' à assister / Associations copines vassalisée par des subsides préférentiels / partis politiques copains-copains / La France ... ) tend à éclipser l'individu dans les préoccupations gouvernementales,
      en viendra-t-on à une extension de l'inviolabilité de la vie privée des individus ?
      La "vie privée" des partis politiques (leurs magouilles internes, de scrutins trafiqués ou autres ...) est censée rester exclue des débats publics ? Mais alors, quelle place en France pour un jeune qui n'adhère pas (ou pas encore) à l'une quelconque de ces brigues ? Quelle place pour les aînés de son entourage qui ont boycotté autant la mascarade de légitimation en vigueur que les candidats qui exploitent ce (gros) filon en se succédant alternativement à La place suprême ?
      Comment jouer son rôle d'acteur, face à des acteurs à géométrie variable ? : - individu "égal" avant le vote; - élu 'incarnant La France" après ... tout en devant respecter secrètement les exigences 'privées' de 'personnes morales'-amies-privées qui, Elles, n'ont pas été légitimées par la Présidentielle pour influer sur cet individu !
      Quel sens de la responsabilité peut-on développer lorsqu'un abus de légitimation nous contraint à une obéissance devant le fait accompli quand la vie privée d'un parti a conduit à des nominations et une priorité des actions traitées non prévus par le "programme électoral" annoncé ?
      ...



  • en les rendant plus acteurs.
      ... - quand nous nous contentons de "nous vendre" (y compris les uns les autres) pour exécuter vénalement et sans moufter les basses besognes imposées qui justifient un revenu plutôt que l'accomplissement d'une réelle motivation personnelle ?

      ... - quand nous reprochons leur "prétention" aux toujours trop rares "naïfs" ou "protestataires" qui osent ouvrir leur bouche, sans en demander l'autorisation préalable, pour contester, dénoncer des abus ... autant que pour suggérer des visées constructives ?



  • En leur donnant une place"
      ... - quand nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus avoir nous-même de place dans l'emploi salarié, puis dans la vie sociale ?
      ...

      - quand nous refusons d'éviter de nous tromper d'objectif quant à la place à prendre dans nos sociétés modernes ?
      ( Rappelons-nous les sittings de feu le "mouvement des indignés" en France - qui s'est laissé mourir dès l'arrivée des dernières Présidentielles ...
      "Il faut prendre place" qu'ils disaient les "non-chefs" ... pendant que tous les regards étaient braqués sur des défilés spectaculaires de bobos casqués pétaradant en boucle, interminablement, sur des motos peu accessibles à la plèbe ...)

      Pour rassembler les Français, l'artifice du bouc émissaire, de l'union contre un ennemi commun, est pour le moins paradoxal ! :
      - vu que les chez-nous, en France, se mobilisent contre d'autres chez-nous ... de l'intérieur.
      Chez-nous les fonctionnaires, chez-nous les salariés de Tartempion, chez-nous "La Gauche", chez-nous "La Droite", etc.. !
      Quand les "indignés" ont voulu faire un buzz en se fédérant contre les forces de l'ordre, ils excluaient déjà de leur prétendu rassemblement démocratique toute une catégorie des "travailleurs" ! ... Faut-il encore rappeler le sens, trop dévoyé aujourd'hui de la fameuse "égalité" de notre devise nationale : égalité en droit, en dignité, en pouvoir d'expression et de décision citoyenne !
      ( => même Capital-citoyen de témoignage d'opinion pour chaque Français ! )


      La place, politique, à prendre passe bien par une abstraction conceptuelle ... mais sans doute pas non plus en se contentant d'une virtualité du débat brassée par des tweet et des Facebook ...




  • La maturité de nos adultes actuels, "en avance" ... sur la passivité, serait-elle d'avoir transformé le suicide lui-même, en tansmutant le suicide individuel, rapide, de la jeunesse en un suicide lent, passif, collectif ... de tout notre pays ?
      Dans les causes "multifactorielles" des pertes de repère (atteignant de façon privilégiée la Jeunesse et bien sûr l'adolescence) qui conduisent à la désespérance et au suicide,
      pourquoi ne pas compter nos refus de considérer à poids égal les témoignages de l'autre, nié dès qu'il n'est plus 'dans la place' ?
      Point n'est besoin d'apitoiement; mais plutôt de regarder en face faits et réalité.
      « Il faut être juste avant d’être généreux, comme on a des chemises avant d’avoir des dentelles » disait Chamfort ...

      En niant les bugs qui conduisent à l'exclusion de l'emploi, et aux radiations, on s'interdit d'amender le logiciel et on ne parfait que le mécanisme d'opprobre diffamatoire qui terrifie une jeunesse abusée.
      Les a priori d'incompétence, ou d'affabulation par lesquels on écarte certains témoignages ne font qu'accroître la distorsion entre un meilleur des mondes fantasmé ... et la dure réalité que devra affronter l'adolescent ...

      La fausseté, l'hypocrisie, le paraître de la mondanité, le déni et la négation du prochain (par idéologie, par fatitude, ou par calcul ?), engendrent bien pire qu'un impact négatif sur des espérances de vie ou que les suicides et la mort : l'abdication d'espérances de renouveler la vie, chez les invisibilisés !
      Un eugénisme subtil (à compenser par PMA ou GPA ?), "en avance", joué passivement par des bien-pensants malins qui, depuis les haruspices, ont appris à téléguider la fatalité
      ... et n'ont aujourd'hui pas leur pareil pour appeler (évasivement, sans précision) à “ faire le deuil” !

      “ ...
      Et vous profanerez toute la paix du monde
      En faisant retentir les cris de votre orgueil
      Et vous vous en irez pour conquérir le monde
      Mais vous n'y sèmerez que la ruine et le deuil ”



    Victoire judiciaire aveu d'une impéritie et habituelle incompétence - par CandyRaton le 18/01/2014 @ 15:50

    Perversion-perdition de la Justice, prouvée et revendiquée au Sommet !
    ( "Ils jouent avec le feu sans même savoir qu'ils se grillent eux-mêmes" dit Mamie )

    Ecartons tout de suite le fond de l'affaire ... déjà amplement débattu partout ailleurs ... et qui, comme l'arbre qui cache la forêt, nous empêcherait de bien mesurer l'ampleur de la révélation involontaire que vient de nous jouer notre Gouvernement :
    notre Justice est capable d'être rapide; Elle se garde habituellement de respecter des délais admissibles !

    Dans le climat délétère qui a été installé en France ( pas question ici d'une enquête sur les responsables ...) c'est à dessein que je ne nomme pas explicitement les faits d'actualité évoqués et que toi, lecteur/lectrice, tu as forcément identifiés.
    Le seul fait de lâcher certains mots entraîne malheureusement déjà trop de réflexes de Pavlov ... sans compter un catalogage mécanique et automatisé par les moteurs de recherche ...


      Si jamais la Justice est bien faite pour tous les Français, quelle peut bien en être la lisibilité ? l'impact sur la vie concrète de celles et ceux qui ne peuvent pas se contenter de contorsions rhétoriques pour assurer leur survie ?
     En osant prendre le contre-pied des habituelles postures idéologiques ou
     visées éristiques  [ de (éris, querelle) et agonistique (agôn, tournoi)  cf §5 dans http://communication.revues.org/1692 ) ... pour accorder à une question technique (durée des Procédures judiciaires) tout l'intérêt qu'elle prend dans les faits, nous pourrons enfin tenter l'optique (à distance, mais pas forcément décalée) d'un éclairage qui se veut constructif.

     ( Question santé, la seule recherche de profits matériels n'a su inspirer,  en s'appuyant sur les messages du médecin David Servan-Schreiber, qu'un juteux marché des Oméga-3 ...
     Pourquoi ne pas retenir aussi ce conseil qu'il donnait :
     pour désamorcer une escalade des incompréhensions  et provocations fort mauvaise pour le coeur, essayons de faire comprendre calmenent à nos interlocuteurs ce qui nous contrarie, nous gène ou nous indispose dans leur comportement ...)


     Sans prétention, on pourrait par exemple essayer de jouer au juge :
     
     - Attendu que la plus haute juridiction de l’État a su établir un verdict en moins d'une demi-journée,

     - Attendu que ce verdict a tout l'air de contredire les conclusions que venait d'établir le tribunal administratif de Nantes,

     - Attendu que ( cf http://www.conseil-etat.fr/fr/quelle-est-la-duree-de-la-procedure-1/  : >> )"Devant un tribunal administratif, le délai moyen qui sépare le dépôt d’une requête de son jugement est compris entre sept mois et deux ans et demi selon la nature et la difficulté des dossiers."

     - Attendu que pour des broutilles infiniment plus banales, du genre réaction à des abus d'autorité, des délais dépassant allègrement plusieurs mois ne choquent personne (si ce n'est des "employeurs" poussant des cris d'orfraie devant le risque d'insubordination outrecuidante qui ne peut leur être caché autant que la "vie privée" des grands est censée rester cachée au bas-peuple );

     - Attendu que le tort causé à un salarié par la durée excessive d'une procédure aux prud'homme a (quelle qu'en soit la conclusion) un impact sur son employabilité future bien pire que ce qu'on a pu observer dans les cas hyper-médiatisés qui seuls peuvent échapper à l'Omerta;

    - Attendu que gagner un procès au prud'homme (encore plus que de le perdre) rend dans les faits professionnellement suicidaire l'idée-même d'envisager le risque de devoir se défendre à nouveau plus tard en réitérant cet appel à la Justice;
    ( ce qui veut dire, en corollaire, que cela interdit la pertinence d'un quelconque futur "contrat de travail" officiel !);

     - Attendu que "il ne faut pas victimiser"; et encore moins quand les conclussions du procès qu'on a "gagné" ne sont pas respectées dans les faits ;

     - Attendu que personne ne se soucie de déterminer d'où vient le mot d'ordre de "il ne faut pas victimiser"; (d'où ? = de qui ? : - le salarié qui a gagné son procès ? ou l'employeur qui l'a perdu ?  
    et pourquoi  ? : cf analyses historico-socio-psychologiques ?)


    - Attendu que l'officialité des jugements établis par notre République permet de conserver une trace indélébile des faits de jugements (si ce n'est de la véracité des faits exposés dans leurs "attendus"), et attendu que cette trace est susceptible de confondre à terme (voire à très long terme pour qui saura être patient) les imprudents qui prétendent diagnostiquer des affabulations (diagnostic lourd de sous-entendus potentiels aggravant dangereusement son potentiel de nuisance diffamatoire)  là où ils commettent la faute de négliger de vérifier ce qui est vérifiable;
    ( remarquer, notamment, que la seule chronologie du déroulement d'un procès révèle des faits encore bien plus probants que les conclusions officielles )

     - Attendu que la capacité de notre Administration à prendre très rapidement une décision vient d'être établie, et attendu que cette capacité devrait faire jurisprudence ... mais que rien n'est moins sûr aujourd'hui même;

     - Attendu que notre "Président de la République" fait appel à notre confiance privée;

     - Attendu que je ne sais sur quoi fonder la confiance que je peux accorder à quiconque si ce n'est sur des faits observables, dont notamment les durées de procédures que j'ai pu moi-même observer,
    ...  à moins que ce ne soit sur les dits de journalistes, qualifiés de "ragots" par d'autres journalistes, censés nous laisser entrevoir l'exemplarité personnelle promise par la personne présidentielle;

    - Attendu que notre Président de la République qui se veut exemplaire et normal vient d'établir qu'une aventure extra-permière-dame-de-France-établie-par-lui-même-devant-66-millions-de-concitoyens (escapade amoureuse ou bagatelle gaudriolesque ?) serait une épreuve "douloureuse" dont seuls doivent se faire complices une armée dévouée de gardes du corps officiels et un inévitable microcosme parisien composé des célébrités les plus incontournables du pays pour mieux trahir la confiance de la citoyenne la mieux à même d'évaluer à qui elle a affaire;

    - Attendu que l'inconfort de l'exclusion professionnelle et l'indigence pécuniaire auxquels sont confrontés un pourcentage grandissant des Français sont réputés être sources de moments pas moins douloureux que la gaudriole;

    - Attendu que, concernant les questions relatives à l'emploi salarié, l'accès aux négociations envisagées est limité par notre Président à des intervenants si peu légitimés (Medef et représentants syndicaux n'étant élus que par un pourcentage ridicule des salariés - a fortiori des Français ) que cela confine à la "vie privée" des affaires;

     - Attendu que aucune décision de justice ne saurait être remise en cause;

     - Attendu que n'étant pas juriste, et n'ayant aucune prétention dans ce domaine, je tiens à bien me garder de risquer les foudres d'une réaction de susceptibilité procédurière de la part d'une Administration dont les incohérences perçues me laissent perplexe ... et sans ressources (pour peu que j'aie le droit d'exprimer des état d'âme concernant ce que je peux percevoir)

      je ne peux que conclure que la confiance qui est attendue de ma part relève de ma vie privée et qu'il est d'autant moins question que je l'accorde ni ne la négocie quand il devient manifeste que ma seule existence n'est même plus respectée, voire pratiquement niée dans les faits.

    ( En notant au passage que ceux qui ont inventé le terme "pacte de confiance" témoignent par cet oximore d'une conception douteuse et peu rassurante de la confiance : le besoin d'un pacte contredit la confiance ! )


    «La civilisation, la vraie, se construit non sur des complicités faciles, des démissions, des esclavages, mais sur des refus, des ruptures »
       Théodore Monod



    ça peut pas continuer comme ça - par MargeNulle le 02/01/2014 @ 18:57

    si ça continue faudra qu'ça cesse !

    _____

    et l'irresponsabilité va de pair avec l'inconséquence :
    - http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/japon-des-sdf-recrutes-pour-nettoyer-fukushima_1310975.html

    cf http://lesveilleursdefukushima.blogspot.fr/




     Ne pas confondre (comme le font trop systématiquement les journalistes, - pour avoir du son ? ) faits et sentiments, constats individuels et interprétations de propagande ...
     cf http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/01/24/les-crispations-alarmantes-de-la-societe-francaise_1821655_823448.html
         Si l'on accepte de donner crédit aux résultats de sondages présentés, comment nos journaleux ne voient-ils pas que leurs interprétations nous renseignent avant tout sur eux-mêmes ? !!
    (En fait, il semblerait qu'il faille comprendre que, pour eux, les premiers à jeter la pierre, le fait de dire que les autres sont 'inquiets', 'pessimistes', 'déclinistes', ... voire carrément fashistes ! ... ce n'est pas du tout de la prétention ? !
    - Il y aurait bien trop longtemps qu'ils détiennent le monopôle du coeur, de l' anti-beauf, anti-pas-gentil, anti-mauvais ... et qu'ils détiennent La Vérité ... cry . Leurs a priori diffamatoires sur "Les Français" (professés en public , quoique occasionnellement, on puisse surprendre, dans leur sphère privée, des propos révélateurs d'une insoupçonnable ambivalence hypocrito-cynique ... ) c'est ce qu'ils appellent "humour" !! ...
      Chut ! : si jamais vous paraissiez suspecter des effets de manipulation des masses,
     vous seriez catalogué 'parano' ...


    Pour écarter son "prochain" - i.e. son proche, son voisin, son collègue/concurrent, son 'frère' - tous les moyens sont bons, et la fin justifie la bassesse (honte à qui jette la première pierre ! - ce qui n'ôte rien à la honte des suivants-suiveurs. 
      points sur les i (à proscrire) :  que des Français(es) se permettent de dire ou laisser entendre que les Français(es) sont racistes, c'est bien pire que lorsqu'un anglais a pu dire : "Les Françaises sont rousses" . C'est la porte ouverte au plus nauséabond délitement interne, avec un maximum d'innocents jugés dans leur dos, sans même le savoir, donc sans défense possible    ) ...

    “Le vrai moyen d'être trompé, c'est de se croire plus fin que les autres.”
    F. De Larochefoucauld


    ATTENTION ! : tout le monde n'est pas ou ne sera pas atteint d'Alzheimer.
     Il faut bien se douter que les erreurs -voire fautes - de diagnostics (ou d'incitation à "faire-le-deuil" de son prochain encore bien vivant - ce qui revient à l'enterrer vivant ... ces disons 'bugs' de l' Ouverture d ' esprit contemporaine, seront d'autant moins faciles à effacer ... que nous sommes déjà bien immergés dans l'ère des communications et mémoires numériques

    )
     ... en tout cas, celles et ceux qui, avec nous, veulent des cahiers de doléances modernes et officialisés, rejettent clairement toute forme d'autoritarisme, d'où qu'il vienne !   ( ça nous donne de l'urticaire )





    Défiances en France - par ddFifi le 13/12/2013 @ 18:01

    en France, pas de dialogue social ...


    Yann Algan, Construire une société de confiance... par les_ernest

    cf "la société de défiance"


    _____

    voir ces graphiques intéressants

      “ ... un Français a 29 % de chances de moins de déclarer faire confiance aux autres qu’un Suédois de même sexe, même âge, même éducation, même revenu, même religion et même orientation politique ”


      “... l’État-providence français est conservateur, car il cultive les distinctions de statuts et la hiérarchie entre individus. Les dépenses sociales dans ce type d’État sont généralement élevées. Mais elles ont pour but premier de préserver les statuts afin de renforcer un ordre social traditionnel. Les États-providence conservateurs sont donc généralement associés à un fort corporatisme et à un fort dirigisme.
      L’État-providence français mis en place après la guerre, mais largement inspiré par le régime de Vichy, est fondé directement sur ces deux caractéristiques.
      Le corporatisme français
      Le modèle social français est corporatiste, car il est organisé autour de groupements de métiers ... ”

    ____
    Dans cette absence de vrais dialogues, que dire de la représentation nationale, par nos élus, ou par nos 7 à 8% de syndiqués ?

    Gageons que des cahiers de doléance démocratiquement entretenus mettraient vite en évidence la distortion entre les vraies attentes du peuple et les bouts de gras défendus par nos meneurs (en bateau).
    (Dire que tant d'internautes en sont encore à se désoler de l'absence d'un homme (ou femme) providentiel(le) ! ... A quoi sert donc l'Histoire ? )

    rendre à César ... - par CesarZarCbiZar le 09/11/2013 @ 09:07

    "le travail malhonnête ôte toute dignité"

    Le respect de la laïcité doit ne pas entraver le cheminement culturel.
    Le rôle de l'Etat n'étant pas de "faire" de la morale, il faut bien pourtant que l'on puisse faire référence à d'autres appels - tout à fait légitimes sur les plans laïque, moral et culturel.

    Sinon, qui pourrait longtemps se permettre, en France, de vouloir capter à la fois "le règne, la puissance et la gloire" ?

    cf http://fr.radiovaticana.va/news/2013/11/08/le_pape_d%C3%A9nonce_les_pots-de-vin_qui_corrompent_la_jeunesse/fr1-744823


    Nota Bene :
    n'y aurait-il que les pots-de-vin susceptibles de rendre moralement malhonnêtes certains "travail" ? ... (ou certains statuts dans des sociétés qui se revendiquent démocratiques )

    ______________________________________
    Pour ce qui suit, les partisans de l'Omerta auront beau jeu de se gausser d'un ton badin qui voudrait signifier, sans doute maladroitement, une dérision désabusée ... Grand bien leur fasse de se complaire dans la lâcheté.
    (Oser tenter de s'exprimer comporte des risques : leurs évitements, leurs silences tantôt hautains, tantôt gênés ... en sont une preuve éloquente !
    (Quant aux actes ? Il semblerait qu'actuellement bien peu fassent consensus ! )

    J'espère seulement atteindre une infime minorité parmi les curieux motivés par une réelle quête intérieure ... qui se contrefiche des mondanités




    ... lu tous les livres ?

    simplicité volontaire ? :
    >> cf ce bouquin de Masha Gessen (edition-globe)
    "Dans la tête d'un génie"
    [ie : le mathématicien Grigori Perelman - qui a refusé toutes récompenses ...]

    un passage (page 28) :
    "... On pouvait consacrer tout son temps à des recherches qui ne serviraient à personne dans les 10 ans à venir ". C'étaient des mathématiques pour le plaisir des mathématiques, disaient les mathématiciens, établissant volontairement un parallèle avec les artistes(*) amateurs.
    Ils n'obtenaient aucune compensation matérielle, ni argent, ni chaire, ni appartement, ni voyages à l'étranger, ils n'y gagnaient que le respect de leurs pairs. De même, s'ils falsifiaient leurs résultats, ils risquaient de perdre l'estime de leurs collègues, sans aucune compensation. ...


    (*) artistes - Rappelons ce bémol évoqué par Claude Bernard :
    “ L'art c'est moi, la science c'est nous ”


    Points sur les i :
    (et pas Poings sur lazy !
    La prétention, pas prête en nos cieux, ne pouvant être prêtée que par des prétentieux !
    - On ne prête que ce que l'on a -

    Vouloir ignorer complètement les problèmes qui nous dépassent n'est ni un signe d'ouverture d'esprit, ni une preuve d'humilité )

    dans notre démocratie, voudra-t-on (selon un principe en fait = gouvernement des meilleurs) réserver aux seuls "génies" le "privilège" d'un Revenu Minimum d'Existence ? ...


    ( Tous égaux ? => Tous César !)
    hé oui - l'ironie étant que revendiquer sa part de pouvoir citoyen c'est aussi revendiquer sa part de prétention ... mais l'honnêteté responsable doit en passer par là


    remarque :
    s'il faut un génie, coaché au plus haut niveau, dès le plus jeune âge, dans un environnement élitiste, pour détecter certains vides mathématiques, pas étonnant que certains vides de justifications arrivent si bien à cacher la France invisible !
    Pourtant certains silences complices, accusations sans jugement, sous-entendus faux, vides d'arguments ou de contre-argumentations, mises à l'index inexpliquées (et inexplicables, donc inexcusables), sont criants de malhonnêteté ...
    (pour éviter le vocable inutile de 'malhonnêteté intellectuelle')
    Quiconque s'autorise à disqualifier votre parole concernant des faits avérés vous apporte, à ses dépends, une autre certitude : vous avez affaire à quelqu'un qui est susceptible de manquer de rigueur intellectuelle ... ou de probité. Ce défaut, ce vide de droiture, est pour le coup flagrant, et il n'est pas nécessaire d'accéder au génie pour le déceler !
    ( Tout patient peu fortuné risque ainsi d'être poussé à considérer l'article 6 du code de déontologie médicale ... mad
    On n'attend pas; d'un médecin, la charité; mais de là à tolérer le cynisme ... )


    « Préjugé, vanité, calcul, voilà ce qui gouverne le monde.
    Celui qui ne connaît pour règle de sa conduite que raison, vérité, sentiment,
    n'a presque rien de commun avec la société. »
    Chamfort




    ( par exemple : Les prud'hommes ne condamneraient-ils par hasard que des pots-de-vin ?
    ... Pour qui voudrait se renseigner l'information est pourtant officielle.
    En dehors des mathématiques, faudrait-il vraiment compliquer les légitimations organisées et voulues par ceux qui cautionnent notre Ordre établi ... par des incohérences non justifiées par des faits ni par des résultats probants ? ...

    ( Est-il digne de la France de voir se généraliser des diagnostics de comptoir en 5 minutes à partir d'une addition d'a priori qui finiront par affubler un récalcitrant de toutes les tares imaginables ? ... lorsque pour reconnaître l'abus fautif dénoncé, dans le plus banal des procès aux prud'hommes, il aura fallu à notre Justice de longues années de dur labeur ! )


    ( Accessoirement on remarquera aussi que rester coi, taiseux et distant, pour aller espionner et interpréter dans le dos ceux qui savent s'exprimer sans détour ... n'est pas un gage de respectabilité et reste d'une efficacité douteuse que ce soit pour servir l'Ordre, ou pour se laisser deviner.

    Quant à l'illusion de "réussir" ... à se faire bader smile le fiel d'un mépris diffamant n'a jamais amélioré la sauce
    Attention : vus ! ou, disons, repérés biggrin ...

    “ Célébrité : l'avantage d'être connu de ceux qui ne vous connaissent pas ”
    Chamfort



    Quand les trous de serrure, l'écoute aux portes et les bruits de chiottes commencent à prendre le relai des entretiens d'embauche ... qui décide de l'honnêteté des jobs d'aujourd'hui ?
    Quand l'Etat aura fait subventionner la dernière excrétion de Cloaca N°5 pour consacrer le summum indépassable de la subversion artistique dans le vent ... quelle 'valeur travail' sera réputée honnête ?
    )





    Nota Bene :
    un autre mathématicien (quel bizard hazard (*)) avait écrit ( cf B. Russell) :

      “ Dans un monde où personne n’est contraint à travailler plus de quatre
      heures par jour, chaque personne ayant une curiosité scientifique
      pourra la satisfaire, et chaque peintre pourra peindre sans crever de
      faim, quelle que puisse être l’excellence de ses tableaux. De jeunes
      auteurs ne seront pas obligés d’attirer l’attention sur eux par des
      œuvres alimentaires, dans le sensationnel, pour acquérir
      l’indépendance économique nécessaire aux œuvres monumentales,
      pour lesquelles, quand le temps vient enfin, ils auront perdu le goût et la
      capacité. Les hommes qui, dans leur travail professionnel, se sont
      intéressés à certains aspects de l’économie ou du gouvernement,
      pourront développer leurs idées sans l’indifférence universitaire qui fait
      que le travail des économistes universitaires semble souvent manquer
      de réalité. Les médecins auront le temps d’apprendre les progrès de la
      médecine, les professeurs ne lutteront pas exaspérément pour
      enseigner par la routine des choses qu’ils ont apprises dans leur
      jeunesse, mais qui, depuis, ont pu s’avérer fausses.
      Par dessus tout, il y aura le bonheur et la joie de la vie, au lieu des nerfs
      usés, de la fatigue et de la dyspepsie. ”




    (*) un minimum d'esprit de géométrie pour équilibrer l'esprit de finesse ! ( selon cet autre mathématicien philosophe, Blaise Pascal, qui possédait les deux types d'esprit à un degré exceptionnel )
      Extraits :
      [les choses de finesse : ... ] On les voit à peine : on les sent plutôt qu’on ne les voit : on a des peines infinies à les faire sentir à ceux qui ne les sentent pas d’eux-mêmes : ce sont choses tellement délicates et si nombreuses, qu’il faut un sens bien délicat et bien net pour les sentir, et sans pouvoir le plus souvent les démontrer par ordre comme en Géométrie, parce qu’on n’en possède pas ainsi les principes, et que ce serait une chose infinie de l’entreprendre.
      .....
      L’un [l’esprit de justesse] est force et droiture d’esprit , l’autre [l’esprit de Géométrie] est étendue d’esprit.

    D'où cette idée intuitive de s'intéresser ci-dessus aux mathématiciens évoqués

    « La liberté, c'est le pouvoir de dire que 2 plus 2 égal 4.»
    G. Orwell -"1984" -



    Quand l'irréparable s'est déjà produit, au-delà de tout probable ressentiment s'impose la démarche civique (car tournée vers demain mais pour autrui) d'un appel à la correction. ("On n'est correct qu'en corrigeant"). Or, quand un esprit faux, de finesse mauvaise, ouvre la porte à tous les malentendus savamment entretenus (ce qui est favorable aux positions de force), on est tout de même en droit d'espérer de la raison qu'elle permette de corriger les incohérences. Sans quoi le pardon est illusoire et l'on passe du "errare humanum est" au : "... perseverare diabolicum" !



    Quand un pape, une référence mondiale, averti, dénonce un danger de la mondanité ...
    il faut commencer à devenir attentif à ce qui indispose ... La réaction la plus appropriée face au danger n'est pas forcément ce sourire béat de bonheur-permanent-méthode-Coué auquel voudraient nous exhorter certains mondains ...

    Pas question ici de préciser des témoignages perso. ( inutile de s'adresser à ceux qui ne voudraient ou ne sauraient par eux-mêmes comprendre pourquoi, ni laisser libre cours à un minimum de saine curiosité ...
    Avec seulement les mots "travail malhonnête" mon moteur de recherche m'a amené par exemple à cette réflexion : cf http://www.acontrario.net/2013/05/19/marcela-iacub-travail-suicide-ignorance/
    ... Dès le départ, en affirmant que « Les travailleurs qui souffrent ont pourtant d’autres issues que de se suicider. Ils peuvent changer d’emploi », Iacub a étalé son ignorance des réalités de terrain, et balayé d’un revers de main les difficultés qu’implique un tel « changement », très souvent impossible. ...
    )


    Ce n'est pas pour autant revendiquer ici une capacité pour l'un ou l'autre de ces 2 types d'esprit ... mais la question morale ou le jugement d'autrui ne sauraient se passer de la conscience qu'un prudent et conséquent effort d'information, de communication et de dialogue sont indispensables pour rester honnête (L'intuition et les on-dit ne suffisent pas; pas plus que le savoir (cf le bouquin sur Perelman)
    Le sujet (travail malhonnête) ne devrait pas être pris à la légère (on n'imagine pas que le pape en soit à des marronniers ! ), car si les accusations sont bel et bien lourdes c'est qu'elles touchent à des ressorts vitaux.
    Avant de diagnostiquer une exagération dans le propos il serait bon de ne pas négliger ce passage :
      “ ... Car on commence peut-être par une petite enveloppe, mais c’est comme la drogue ! ”



    smile

    et cet autre angle de vue :
      “ Marquer ses distances par rapport aux victimes du système est un bon moyen pour nier la peur en soi et débarrasser sa conscience de sa responsabilité vis-à-vis d'autrui. ”

    Citations de Christophe Dejours



    yeux.jpgGuerre en France - par CandyRaton le 07/09/2013 @ 11:45

    On ne gaze pas, ici : on radie ! … on déclasse, on snobe … on oublie la politesse la plus élémentaire …
    Simple comme bonjour ( ce 'bonjour' que personne ne sait plus pratiquer) … la guerre (civile) propre !

    “Aussi la politesse a-t-elle reçu le beau nom de savoir-vivre.”
    Alain (Propos sur le bonheur
    page 190 )


    Pas de guerre de religion ici (ce serait plutôt la guerre contre les religions … ou tout au moins contre celles qui sont conscientes d'elles mêmes) …
    ... mais de froides distanciations entre les « chez nous » ( 'chez nous les fonctionnaires' / 'chez nous dans le privé' ... - dans le commerce , ... /  chez nous les "travailleurs" ... chez nous "à Gauche", à Droite ... )
      Il est vrai que le concept de vie éternelle évoqué par certaines religions peut faire peur :
      - Qui oserait affronter la perspective d'avoir toute l'éternité pour se justifier devant les gens qu'on a snobés (ou pire ) ?
      Mais qui est censé devoir se sentir concerné par quoi lorsqu'on veut ramener l'éternité à son propre vécu ?

     On est "en avance", nous ! On a inventé la guerre civile "autrement" !
     Et cette guerre civile larvée tue et torture elle aussi ! Même si c'est "autrement".
      Au lieu d'une mort plutôt rapide et bien médiatisée, nos déclassés, puis assistés, puis parasites ... ont droit à un tolérant oubli - pour peu qu'ils sachent se faire oublier.
      Le mot des "invisibles" avait été lancé ... sans doute pour mieux tirer un trait sur cette affaire, maintenant traitée ...
     Post-Scriptum :
       oups ! merci à l'internaute qui m'en a fait la remarque :
      pas question ici d'une allusion au film de propagande homosexuelle : encore une récupération de leur part ! ...  ( Quel mot, aujourd'hui en France, n'est pas encore perverti ? ! ... )

    Je pensais plutôt à toutes ces dits 'petites' gens qu'on ne veut pas voir ni reconnaître : comme ça => http://www.letarmac.fr/la-saison/spectacles/p_s-invisibles/spectacle-18/


    ou plus encore comme ça : http://stephgodefroy.unblog.fr/liste-des-articles/divers/lhomme-precaire-est-un-invisible/
     "Le paradoxe fondateur de la précarité tient à son « invisibilité » .. "

      Sous la partie émergée de l'iceberg des suicides, il ne serait ni politiquement correct ni médiatiquement rentable de comptabiliser, chez nous en France, tous les 'cas' de cadavres désséchés qu'on ne découvre devant leur télé implosée que lorsque le payement automatique de leur loyer a fini par se bloquer ...
      On leur avait demandé de se faire oublier, de ne pas être prétentieux; ils ont tellement été obéissants qu'ils ont eu honte d'eux-mêmes et n'osaient plus se montrer ...

       Post-post-scriptum :

        http://pro.01net.com/editorial/506285/technologia-les-ssii-connaissent-une-recrudescence-de-suicides/   
    ( Coucou Assystem et consorts ! biggrin
      Depuis tout ce temps ça n'a donc fait qu'empirer !  ...
    (cf ce qu'en dit le MUNCI -ou cette lettre à l'amer pour celles et ceux qui veulent ne rien entendre ... )
     Et vous cherchez toujours des candidats ? Vous déplorez toujours une  'pénurie' de gens compétents ? ...  On pensera à compatir !  )


    ”Facts do not cease to exist because they are ignored.“
    - Aldous Huxley



      Alors en France tout va très bien Madame la Marquise !
        C'est pour ça qu'il faut envoyer des "autres" ( invisibles de chez nous ? ) aller punir, ailleurs, les méchants ...

     
    ----------------------------
    cf Alain, Propos sur le bonheur (1928)   biggrin
    ... Lorsqu'un petit enfant crie et ne veut pas être consolé, la nourrice fait souvent les plus ingénieuses suppositions concernant ce jeune caractère et ce qui lui plaît et déplaît ; appelant même l'hérédité au secours, elle reconnaît déjà le père dans le fils ; ces essais de psychologie se prolongent jusqu'à ce que la nourrice ait découvert l'épingle, cause réelle de tout.

    ___
    par contre, on risque de soupçonner là une perception de réalité propre à un fonctionnaire
    (La philo n'est pas une science exacte !) biggrin :
    “... Les maux réels vont vite, comme le bourreau va chez nous. ...
    ... Il faut penser le réel présent de toutes ses forces, par science vraie, au lieu de jouer la tragédie.”

     Gageons que  plus d'un DRH de centre d'appels a certainement  promu une philosophie du sourire permanent, engageant ses employés à toujours être heureux, souriants, et à ne jamais rien remettre en cause ... Mais si le Philosophe a éprouvé le besoin d'invoquer la politesse, c'est que l'exercice demandé a peut-être quand même besoin de cette béquille ? ...
     cf ce passage du "Meilleur des mondes" :
     (pages 34-35)
    ... - — Et c'est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu'est le secret  du bonheur et de la vertu, aimer ce qu'on est obligé de faire.
    Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle
    ils ne peuvent échapper.

    ... page 201 :
    — Eh bien, j'aimerais mieux être malheureux que  de connaître cette espèce de bonheur faux et menteur dont vous jouissez ici !

    _______________

    ( http://www.liberation.fr/societe/2013/02/21/radiations-de-pole-emploi-des-histoires-de-rendez-vous-manques_883541
    => Deux chômeurs en fin de droit se sont immolés par le feu devant des agences du Pôle emploi à Nantes et Saint-Ouen.)


    http://www.lefigaro.fr/emploi/2013/08/28/09005-20130828ARTFIG00268-les-radiations-de-pole-emploi-en-quatre-questions.php
    => En mai, juin et juillet, qui ont vu le chômage se stabiliser puis repartir modérément à la hausse, les radiations et cessations d'inscription à Pôle emploi ont de leur côté bondi. En juillet, les radiations ont enregistré une hausse de 31,5% sur un an …

      " les maux réels vont vite" ? ...
      Alors c'est quoi les maux réels ? 
      Les chômages et radiations n'en sont pas ?
      ... ou alors ils vont si vite que c'est pas la peine d'en faire un fromage ?

      Idem concernant les malhonnêtetés politiques :
      sera-t-il philosophiquement incorrect de souhaiter, sans rire, un impôt réellement progressif ? ... cf denier bouquin de Piketty :
    http://www.lepoint.fr/economie/le-capital-au-xxie-siecle-si-je-ne-travaille-pas-faudra-que-je-reprenne-la-boite-de-papa-04-09-2013-1720778_28.php ....

       à moins que ça non plus ça ne soit pas encore du 'réel présent' ni de la 'science vraie' ?

    Combien d'esprits éclairés croient encore aujourd'hui résoudre toutes les questions politiques autant que les situations matérielles par la méthode Coué ?
     
    Ou encore, une philosophie de l'action qui voudrait inciter les indignés à tempérer leurs émotions en leur enjoignant de se mettre à genoux préparera-t-elle des 'petites têtes' à assurer un 'couloir humanitaire' contre les gaz réels du grand méchant ?
    Une politesse respectueuse de la diversité de l'humain ne devrait-elle pas passer par un peu plus de pudeur devant un tel symbole (à genoux mes disciples ! ) dans la publication de propos appelés à devenir sujet de dissertatiion pour le baccalauréat de toutes les générations d'écoliers qui se succèdent ?
    ...



    Mais y sont où les va-t-en-guerre lorsqu'il s'agit de lutter contre l'injustice des chômages ou radiations, contre l'injustice des déclassements - après l'hypocrisie des 'classements' d'une prétendue 'émulation' à tout crin - , contre l'invisibilité programmée des trahis par la République ? …

    "apprendrons-nous jamais ?"



    "Nul n'a droit au superflu tant que chacun n'a pas le nécessaire" Anne-Cécile ROBERTbiggrin


    “ Combien de temps encore 99% de la population acceptera que le fruit de son travail ne profite de facto qu’à 1% de la population ? ”

    habitude complice - par Aude le 28/07/2013 @ 19:55




    ( habitude ? complicité ? complicité-habitude ?
    ... mais attention ! il paraît que l'œil sera dans la tombe ...
    ) bon oeil ?

    “On ne demande pas aux forts d'avoir mauvaise conscience,
    on leur demande d'avoir une conscience tout court”

    Paul Marc Henry



    un dessin ?





    Quand on croque un œil y'a pas photo !

    DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
    Préférences

     Nombre de membres 148 membres


    Utilisateurs en ligne

    ( personne )
    découverte
    stats
    Qui visite OKIDOR ?
    : voir FAQ
    à part: GeoCHAT anonyme entre visiteurs

    «lutte fangeuse»:

    «immense latrine»
    &«inébranlables optimistes»


    «peupler les loisirs» :
    Recherche




    Sondage
    aimez-vous voter ?
     
    c'est ma passion !
    il le faut bien
    faut voir ...
    bof !
    j'en ai rien à faire !
    Résultats
    Calendrier

    Devinette

    Je peux lire dans vos pensées. Vous n'y croyez pas ? Essayez ! Vous n'en reviendrez pas...

    jeux de gam1
    ^ Haut ^

    à voir ...




     
    ...notes ...wink wink "Il faut se méfier de l'eau qui dort !"
    prête-moi ta plume ...
     ... et parlons d''OSONS
    Horloge
    dogmazic.net intellectual property donor
    logo ritournelles recursives by gt6oqp > lyrics= www.ipernity.com/doc/moi-jeu/3500575#

    musique à part

    Annuaire RSS


     GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.17 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/